La Roudoule est un sympathique canyon de la vallée du Var situé au dessus de Puget-Thenier. On y trouve quelques sauts, toboggans et rappels mais c’est surtout le voyage géologique de cette rivière qui est intéressant.

canyoning puget thenier canyon initiation tout public

La cascade du bloc coincé

En effet la Roudoule prend sa source dans les contreforts du dôme de Barrot aux alentours de 1300 par la confluence de plusieurs petites ravines. Elle coule ensuite durant une dizaine de kilomètres jusqu’à finir dans le Var en plein milieu du village. Sur sa route elle va croiser des roches bien différentes dont l’origine s’étale sur plusieurs millions d’années.

Pour observer tout ça, nul besoin de gros équipement, votre voiture ou un vélo suffisent largement. Le plus rigolo étant de découvrir ces paysages en allant pratiquer du canyoning bien sur.

Il va falloir faire une petite gymnastique mentale pour imaginer des paysages bien différents d’aujourd’hui. En effet, avec la montée des alpes, le millefeuille géologique s’est retrouvé presque perpendiculaire de l’époque de sa création.

On va commencer à Puget-Thenier, au pont qui enjambe le Var en suivant la direction d’Entrevaux, tout juste à la sortie du village. De là on peut deviner au pied des falaises blanches de la via Ferrata des demoiselles du Castagnier des roche jaunâtre arrondies dans la forêt de chêne pubescent. Il s’agit du grès d’Annot. Cette roche est assez récente géologiquement. Il y 50 millions d’année environ. Les dinosaures ont disparus il y a bien longtemps et les grands mammifères ont pris leurs places. Les alpes n’existent pas encore mais vont pas tarder à apparaître. Ce sable est issu d’avalanches sous marine qui se déposent successivement. Ces avalanches arrivent du sud et vont vers le nord, la méditerranée n’existe pas encore, on appelle cette mer l’océan alpin. Aujourd’hui on pourrai trouver des phénomènes semblables au débouché du Rhône dans la Camargue et à l’écoulement sous marin dans le canyon immergé du Rhône.

grès d'annot et calcaire nummulitique en arrière plan

En prenant la route pour la Roudoule maintenant, en sortant de Puget-Thenier on peut observer deux autres roches facilement. Il s’agit des marnes et du calcaire nummulitique. Le calcaire c’est la roche claire, blanchâtre qui crée une lame partant vers le ciel où passe la via ferrata. Les marnes sont les roches plus sombres, plus tendre qui se situent au pied de cette falaise. Ces deux roches se sont formés au même endroit : en fond de mer et successivement dans le temps. Seule une condition a changé : la profondeur de la mer.

En effet la marne est composée principalement d’argiles. Le calcaire est aussi composé d’argiles mais aussi de carbonate de calcium, aussi appelé calcite ou tout simplement le tartre de nos robinets. Pour que le carbonate de calcium se mélange à l’argile et devienne roche, il faut une pression faible.

On peut soit imaginer un climat froid avec de la glace aux pôles. Quand à la marne, la mer était plus haute, indicateur d’un climat chaud avec une fonte des pôles. Ça ne vous rappelle pas le réchauffement climatique actuel?

Soit ce sont les plaques tectoniques qui n’ont pas bougés durant un certain temps.

calcaire nummulitique

On reprend la route, on observe maintenant des strates bien régulières, on s’enfonce dans le crétacé. C’est à dire la période des dinosaures mais aussi de leur extinction. On peut imaginer sans soucis combien de changements de climat ils ont dû affronter avec les alternances de marnes et de calcaire. Jusqu’au canyon de la Roudoule on reste globalement dans le même profil.

calcaire crétacé strates de marno-calcaire

Justement la fin du canyon de la roudoule se déroule dans un calcaire plus massif et plus dur. On arrive dans la période jurassique. C’est l’apparition des premiers mammifères. Pendant un temps assez long le climat est resté stable, en témoigne la couche régulière de calcaire.

C’est dans cette roche que se sont creusés la plupart des canyons et des grottes chez nous. Pour comprendre tout ça, il faut revenir au tartre de nos robinets. Ce tartre ou carbonate de calcium s’est retrouvé séparé de l’argile par un phénomène chimique tout simple : il est soluble à l’eau. En gros l’eau mélangée aux détritus végétaux devient acide et ronge la roche au fil du temps. Les particules de carbonate de calcium restent dans l’eau selon un équilibre chimique et peuvent se déposer quand cet équilibre est rompu.

C’est ce qu’on observe une centaine de mètre plus haut avec une roche poreuse appelé travertin ou tuf. Qui est simplement dû à l’évaporation de l’eau et au dépôt du carbonate sur des végétaux. C’est la même chose pour les concrétions des grottes.

gorges de la roudoule gorges de la roudoule

travertin

On retrouve ensuite une couche de marne très sombre, partiellement cachée par la végétation puis le paysage change radicalement. En effet face à nous la roche est rouge, il s’agit des pélites du dôme de Barrot.

Juste avant la pélite on trouve une fine couche de roche blanchâtre chargée de galets. Il s’agit d’un grès, ou plus précisément d’une quartzite qui délimite la période primaire de la période secondaire. Cette transition étant caractérisée par une extinction massive d’animaux marin et l’apparition des dinosaures. C’est aussi la caractéristique de l’arrivée de la mer, les galets ayant été charriés à cette occasion.

contact permien/trias et minéralisation de sulfates de cuivre

rivière de la roudoule

pelite rouge du dome de barrot

Avant l’arrivée de la mer, il faut imaginer un milieu beaucoup plus hostile. Un rift, c’est à dire une zone de terre plus basse que la mer comme la death valley aux états unis, la Jordanie avec la mer morte ou le rift éthiopien. Il faut imaginer une chaîne de montagne très haute qui le borde d’un coté et une chaîne de volcan de l’autre. Les vestiges de cette chaîne sont le Mercantour actuel et le vestige du volcan étant le massif des Maures, la Corse et la Sardaigne tout entière, sacré volcan!!

pelite rouge du dome de barrot

Les milliers de mètres de cendres accumulées et transportés par les pluies ont donné naissance aux fameuses pélites rouge du trias. Imaginez aussi le thermalisme à ce moment là. Comme à Yellowstone mais en plus grand encore. Ces eaux chargées de minéraux ont déposé ça et là des filaments de métaux comme le cuivre, l’argent ou l’or!! En témoigne les vestiges de mines de la haute Roudoule. Il y a même un musée à visiter.

Maintenant il ne reste plus qu’à redescendre, à vélo, en voiture ou … en canyon!!

 

Si une excursion dans la Roudoule vous intéresse, contactez moi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s