Balade aux lacs des Lignins

randonnée spéléo lacs des lignins

Ce WE il y avait exploration aux Lignins. Je rejoins la joyeuse équipe des spéléos des Chamois qui a laissé la grotte « d’en bas » afin de se concentrer sur l’origine de l’eau, tout en haut aux lignins et dans une des nombreuses pertes.

On monte par la baisse de l’Orgeat, merci à l’ONF pour nous permettre de prendre ce passage qui raccourci franchement l’accès. Raccourci okay, mais il faut quand même deux heures pour y aller. On est pas dans l’endroit le plus isolé des Alpes pour rien.

La montée se passe par le plateau de pisse-en-l’air puis traverse vers la baisse de travers (on l’a pas inventé celle là) avant de redescendre dans le vallon du Carton.

La perturbation arrivant donne des jeux de lumière extraordinaires. Avec des paysages allant des plateau d’Ecosse ou d’Islande ou de Norvège. J’arrive au refuge à la tombée de la nuit et retrouve mes équipiers de spéléo pour une petite soirée bien sympa.

randonnée spéléo lacs des ligninsrandonnée spéléo lacs des ligninsrandonnée spéléo lacs des lignins

Je passe la nuit dans ma tente au pied du grand coyer. Le vent souffle assez fort mais ce coup ci j’ai bien arrimé l’ensemble. Par contre j’ai été optimiste sur le duvet et j’ai quand même pas bien chaud. La pluie commence vers 5 heures du matin et vu l’ambiance je me dis que la neige ne doit pas être bien loin.

Le réveil se fait avec une lumière irréelle avec le soleil s’engouffrant sous la perturbation.

randonnée spéléo lacs des lignins

Deux heures après le paysage a changé d’ambiance. On est trempé jusqu’à l’os. On est allé rentrer le matériel à la grotte et la pluie-neige ne nous a pas loupé.

randonnée spéléo lacs des lignins

On rentre tranquillement ensuite avec des paysages toujours aussi grandioses.

randonnée spéléo lacs des ligninsrandonnée spéléo lacs des ligninsrandonnée spéléo lacs des lignins

Gestion des vasques pièges

Définition d’une vasque piègeexemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Lors du creusement des canyons, certaines bases de cascades forment des marmites aux bords verticaux. C’est bien souvent des endroits propices aux sauts et la plupart du temps on ne remarque jamais ces formations.

Cependant quand le niveau d’eau baisse parce que le canyon sèche ou parce que l’eau s’échappe par une faille voir un siphon, la sortie de ces bassins devient vite problématique. Le canyoniste est alors piégé sans pouvoir atteindre en escalade libre le seuil de la cascade suivante.

On parle alors de marmite piège en France, de marmita trempa en Espagne ou de keeper pothole aux états-unis.

Ces obstacles sont signalés dans les descriptions lorsque le franchissement est vraiment problématique. Exemples en photo : Rio-sec, Little Baker, Otin, Portella, Estrets

topographie marmites pièges

Exemples

  • Otin-Guara-Espagne
  • Consusa-Guara-Espagne
  • Valfiguera-Catalogne-Espagne
  • Portella-Crete-Grece (siphon)
  • Murdarit-Tirana-Albanie
  • Bogovë-Berat-Albanie
  • Imberguet-Alpes Maritimes-France
  • Rio-sec-Alpes Maritimes-France
  • Good day jim-Lake Powell-Utah
  • Poe -Lake Powell-Utah
  • Quandary-San Rafael Swell-Utah
  • Imlay-Zion-Utah
  • Neon-Escalante-Utah
  • Bianca-Piémont-Italie (sous tirage)
  • Orbisi-Sardaigne-Italie
  • Aua di Mer-Grisons-Suisse (siphon)
  • Turnigla-Grisons-Suisse (siphon)

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Techniques de franchissement du premier de cordée

Heureusement le canyoniste est imaginatif, sinon des centaines de personnes seraient encore coincées dans ces pièges. Cependant ça demande un peu de matériel, un peu de condition physique et surtout de l’anticipation en amont. Si un groupe doute quand à sa capacité à s’échapper d’une vasque piège autant attendre que le bassin se remplisse aux pluies suivante ou d’y aller avec un équipier connaissant le problème.

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

évitement

Il s’agit de la technique couramment utilisée. Quand il est possible, il vaut mieux éviter de rentrer dedans. On peut penduler sur une rive, utiliser des déviations si il y en a, suivre une main courante si il y en a, passez en opposition au dessus ou carrément passer par les rives.

Exemple : Imberguet, Aua di Mer, Bogove, Portella

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

courte échelle

Quand il n’y a pas le choix et que le groupe est obligé d’aller dans le bassin, la technique la plus aisée est de faire la courte échelle à ses équipiers. Le bassin ne doit pas être trop profond et les équipiers en condition physique normale.

Nom: P4210613..JPG Affichages: 1487 Taille: 147.4 Ko

Quand le bassin est plein d’eau, il est possible d’utiliser les sacs avec les bidons étanches comme point d’appuis. Certains utilisent même des bouée gonflables. La difficulté est clairement augmentée sans appuis au sol.

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Il peut dans certains cas être possible de ramener des embâcles depuis l’amont afin de s’en servir comme d’échelle de branche.

exemples : Quadary, Imlay, hedless hen

sac en contrepoids

Quand le bassin n’est pas trop long avec un aval suffisamment raide, il est possible de jeter le sac à l’extérieur et de s’y tracter. Cette technique demande un sac suffisamment lourd; les américains lestent avec du sable; suffisamment de friction ; mieux vaut descendre totalement dans le bassin que tirer à niveau. Il est possible de jeter plusieurs sacs.

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole 

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Info à noter, cette technique marche mieux si vous attachez le sac avant de le lancer…

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Dans les cas les plus extrêmes, il sera possible de remonter aux bloqueurs d’ascension (jumar), en douceur et avec un parage des équipiers si le sac venait à glisser.

exemples : Poe, Imlay, good day jim

Résultat de recherche d'images pour "poe canyon"

lancer de corde

Variante de la technique précédente qui consiste à faire un nœud avec plusieurs boucles et à le coincer dans une faille de rocher ou dans un tronc d’arbre afin de s’y hisser. Pareil, soyez pragmatique en ne tirant pas sur un embâcle bancale. Cette technique est applicable dans de nombreux cas, on y pense pas souvent.

exemple : Choprock, Imlay

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

escalade artificielle

Quand aucune des techniques précédentes n’a fonctionné, il est temps d’utiliser les grands moyens.

La technique la plus rapide qui demande beaucoup d’anticipation consiste à accrocher sa corde à un crochet d’escalade artificielle et à une tige. Cette tige peut être une sonde d’avalanche, un arceau de tente, un bâton de marche ou une branche longue. On pose alors le crochet sur un rebord crochetant et on remonte aux bloqueurs tout en douceur dessus. Testé et approuvé mais sueurs froides assurées.

Résultat de recherche d'images pour "pothole canyon hook pole escape"

exemple : Rosenlaui pour atteindre un relais glacé

La seconde technique consiste à utiliser des points en place et à y grimper en A0 c’est à dire se hisser via une pédale ou un étrier, se longer sur le point et accrocher sa pédale sur le point suivant.

exemple : Bianca, Orbisi

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

La troisième technique est un savant mélange des deux précédentes. On pose les crochets dans des trous naturels ou forés au tamponnoir et on se hisse délicatement. Angoisse absolue!

exemple : Imlay, Rio sec quand il n’y a plus la corde.

Passage du reste de l’équipe

Tout dépend de la configuration et des possibilités ou non d’ancrage. Chaque marmite piège aura sa spécificité

Hissage

Si le groupe est descendu dans le bassin et que la pente n’est pas trop rude. L’équipier resté en haut peut tracter le plus léger resté en bas. Ensuite les deux se mettent ensembles pour tracter le plus léger restant. Le plus lourd étant tracté en dernier par tout le groupe. Ambiance rigolade assurée!

Résultat de recherche d'images pour "team working pothole canyon"

Mouflage 

Variante du précédent mais avec une pente trop raide pour hisser les équipiers en force. Il faudra donc moufler en technique crevasse.

Résultat de recherche d'images pour

L’ancrage pourra être métallique si présent, naturel si on trouve un arbre, une lunule ou des rochers pour créer un corps mort. ou humain à condition d’être bien calé. ça demande un bloqueur, une poulie traction et un peu de patience.

Rappel guidé

Il est souvent possible de tendre une corde depuis l’ancrage amont jusqu’à l’aval. Cet ancrage doit être irréprochable pour éviter la chute de l’équipier sur la ligne guide quand il arrivera au milieu de la flèche. Cependant un corps mort ou des équipiers longés les uns aux autres peuvent suffire pour tendre un guidé.

Exemple : Orbisi, Valfiguerra, Otin

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Remontée aux bloqueurs

Je l’écrit en dernier mais ça reste un peu le B-A-BA du canyon. Dans ce cas là on fixe la corde à un ancrage; si elle ne l’est pas déjà; un équipier, un amarrage naturel et l’équipier(s) resté(s) en bas remonte(nt) soi même sur bloqueurs.

Si la corde est en place, attention à l’état de cette dernière, ne pas se suspendre aveuglément sur une corde restée peut être depuis des années.

exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Pose d’étrier de via ferrata 

Non je rigole, ça n’a pas été fait à ma connaissance. Mais effectivement la pose d’une échelle en fixe règle bien le problème. Mais ça dénature peut être un peu l’éthique de l’activité?

De plus la présence d’étrier caché sous l’eau peu causer le coincement d’un membre générant une blessure potentielle voire d’un embâcle dangereux. Quand aux crues elles ont un bon potentiel pour réduire ces aménagement à néant laissant juste des ferrailles polluer l’endroit.

Résultat de recherche d'images pour "via ferrata canyon"

La technique à la française

Laisser la personne se démerder, faire des photos et rigoler.
exemples de marmites pièges, marmita trempa, keeper pothole

Il est tout à fait possible pour moi de vous former à ces différentes techniques dans le cadre d’une journée de formation. Cette journée se déroule à l’engagement que vous soyez 2 ou 8. Elle se déroule dans un ou plusieurs canyons supports dans Alpes Maritimes comme Rio-sec ou Imberguet.

Contact : 0660969713

Alors n’hésitez pas!

La tournée des classiques

Cette semaine j’avais une commande bien plaisante qui consistait à faire le tour des canyons classiques des Alpes Maritimes. Ilan était venu avec ses amis et famille pour une semaine et alternait entre randonnée en autonomie et canyons avec moi. Notre programme était Chaudan, Berthéou, Riolan, Maglia, Amen et Aiglun. Un programme bien ambitieux mené à bien malgré une belle fatigue des membres de l’équipe.

Je n’ai pas pu participer à toutes ces journées. En reprise de la marche, c’était déjà ambitieux de faire du canyon alors que j’étais sensé marcher avec une attelle quelques jours encore. J’ai donc confié deux journées à des équipiers habitués(els).

Premier jour Chaudan et Berthéou

Prise de contact avec mon groupe et découverte du canyon aquatique pour la plupart. J’ai été surpris de leur faire découvrir les sauts et toboggans. En effet en Israel les canyons sont sec à l’instar des canyons d’Utah, du Maroc ou d’Oman. Chaudan était frais comme bien souvent et l’eau bien trouble depuis les orages de cet été.

clue du chaudan clue du chaudan

deuxième canyon du jour Berthéou avec sa flopée de petits rappels. On a fini assez tard.

Vallon de Berthéou Vallon de Berthéou

Second jour Riolan

C’est Simon qui a géré cette sortie. Mon ancien stagiaire devenu guide a profité d’une eau limpide et de conditions douces pour la saison. Un superbe Riolan que peu auront savouré cette année.

Quatrième jour Maglia

La classique Française! pas pour rien quand on voit la succession de sauts, toboggans et bassins limpides.  Une belle journée encore avec les premiers nuages annonciateurs d’automne.

maglia

Sixième jour Amen

Sylvain a encadré cette journée bien sportive. Seul quelques membres du groupe y ont participés. L’intégrale d’Amen fait parti des classiques difficiles du département. A faire avec une météo parfaite.

Huitième jour Aiglun

Dernière journée dans un des plus grandiose canyon de France. L’eau était bien fraîche mais les lumières rendait l’encaissement encore plus profond. C’était agréable d’y aller après une saison chaotique où ce canyon était en crue perpétuelle.

clue d'aiglun

clue d'aiglun clue d'aiglun

clue d'aiglun

 

Et vous? Seriez vous tenté par l’aventure? 

Cette année deux familles m’ont fait confiance pour organiser une sortie en val d’Ossola et une sortie dans les alpes Maritimes décrite ici. L’organisation était similaire. On se retrouvait le matin pour faire des canyons prévus. Il faut juste participer à plusieurs jours consécutifs pour que le déplacement soit valable pour moi. Les familles s’organisaient pour le logement et le transport. Il y a plusieurs destinations où un tel voyage est possible :  France, Italie, Albanie, Grèce, Oman et pourquoi pas ailleurs. N’hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé.

Ceci est un point de vue

Aiguilles de Pelens

Prendre le temps de regarder, voir, sentir, ressentir fait partie de nos vies mais on a tendance à l’oublier.

Pourtant rien n’empêche de s’émerveiller de tout et de rien en même temps. Qu’on soit sur la route du travail, depuis la fenêtre de chez soi ou en balade, chaque prétexte est bon pour ouvrir les yeux.

Milieu de journée en canyon, un simple crapaud se repose après sa nuit de chasse. Bientôt l’hiver va venir et il ira s’enterrer jusqu’au printemps prochain.

toad in canyon

canyon du Monar

Le cadre de travail est plutôt sympa quand on est moniteur de canyon, des fois on oublie qu’on a de la chance, mais ça dure pas longtemps avant de savourer de nouveau.

canyon du Monar

Le soir après le lavage des combinaisons et les coups de téléphone vient le temps de la photographie. Les heures d’or donnent toujours de belles occasions de balader.

Var valley from my home

Promener le quatre pattes est aussi une occasion pour se rééduquer le pied post fracture. Un canal bien plat et régulier quoi de mieux?

water path near my home

Même si très vite l’envie de bartasser reprend le dessus.

first hiking for reeducation after broken leg

La tombée du jour correspond aussi à la sortie des animaux de la nuit.

Tarente, french dragon

Derniers instants des heures d’or

sunrise from my home

Il suffit de tourner la tête pour profiter de l’heure bleu maintenant.

cloud and bad weather

Puis vient le temps de poser le trépied et regarder le ciel bouger au ralenti.
night sky in France night sky in France
night sky in France

Avant un nouveau jour.

sunset from home

Autour d’un canyon : La Roudoule

La Roudoule est un sympathique canyon de la vallée du Var situé au dessus de Puget-Thenier. On y trouve quelques sauts, toboggans et rappels mais c’est surtout le voyage géologique de cette rivière qui est intéressant.

canyoning puget thenier canyon initiation tout public

La cascade du bloc coincé

En effet la Roudoule prend sa source dans les contreforts du dôme de Barrot aux alentours de 1300 par la confluence de plusieurs petites ravines. Elle coule ensuite durant une dizaine de kilomètres jusqu’à finir dans le Var en plein milieu du village. Sur sa route elle va croiser des roches bien différentes dont l’origine s’étale sur plusieurs millions d’années.

Pour observer tout ça, nul besoin de gros équipement, votre voiture ou un vélo suffisent largement. Le plus rigolo étant de découvrir ces paysages en allant pratiquer du canyoning bien sur.

Il va falloir faire une petite gymnastique mentale pour imaginer des paysages bien différents d’aujourd’hui. En effet, avec la montée des alpes, le millefeuille géologique s’est retrouvé presque perpendiculaire de l’époque de sa création.

On va commencer à Puget-Thenier, au pont qui enjambe le Var en suivant la direction d’Entrevaux, tout juste à la sortie du village. De là on peut deviner au pied des falaises blanches de la via Ferrata des demoiselles du Castagnier des roche jaunâtre arrondies dans la forêt de chêne pubescent. Il s’agit du grès d’Annot. Cette roche est assez récente géologiquement. Il y 50 millions d’année environ. Les dinosaures ont disparus il y a bien longtemps et les grands mammifères ont pris leurs places. Les alpes n’existent pas encore mais vont pas tarder à apparaître. Ce sable est issu d’avalanches sous marine qui se déposent successivement. Ces avalanches arrivent du sud et vont vers le nord, la méditerranée n’existe pas encore, on appelle cette mer l’océan alpin. Aujourd’hui on pourrai trouver des phénomènes semblables au débouché du Rhône dans la Camargue et à l’écoulement sous marin dans le canyon immergé du Rhône.

grès d'annot et calcaire nummulitique en arrière plan

En prenant la route pour la Roudoule maintenant, en sortant de Puget-Thenier on peut observer deux autres roches facilement. Il s’agit des marnes et du calcaire nummulitique. Le calcaire c’est la roche claire, blanchâtre qui crée une lame partant vers le ciel où passe la via ferrata. Les marnes sont les roches plus sombres, plus tendre qui se situent au pied de cette falaise. Ces deux roches se sont formés au même endroit : en fond de mer et successivement dans le temps. Seule une condition a changé : la profondeur de la mer.

En effet la marne est composée principalement d’argiles. Le calcaire est aussi composé d’argiles mais aussi de carbonate de calcium, aussi appelé calcite ou tout simplement le tartre de nos robinets. Pour que le carbonate de calcium se mélange à l’argile et devienne roche, il faut une pression faible.

On peut soit imaginer un climat froid avec de la glace aux pôles. Quand à la marne, la mer était plus haute, indicateur d’un climat chaud avec une fonte des pôles. Ça ne vous rappelle pas le réchauffement climatique actuel?

Soit ce sont les plaques tectoniques qui n’ont pas bougés durant un certain temps.

calcaire nummulitique

On reprend la route, on observe maintenant des strates bien régulières, on s’enfonce dans le crétacé. C’est à dire la période des dinosaures mais aussi de leur extinction. On peut imaginer sans soucis combien de changements de climat ils ont dû affronter avec les alternances de marnes et de calcaire. Jusqu’au canyon de la Roudoule on reste globalement dans le même profil.

calcaire crétacé strates de marno-calcaire

Justement la fin du canyon de la roudoule se déroule dans un calcaire plus massif et plus dur. On arrive dans la période jurassique. C’est l’apparition des premiers mammifères. Pendant un temps assez long le climat est resté stable, en témoigne la couche régulière de calcaire.

C’est dans cette roche que se sont creusés la plupart des canyons et des grottes chez nous. Pour comprendre tout ça, il faut revenir au tartre de nos robinets. Ce tartre ou carbonate de calcium s’est retrouvé séparé de l’argile par un phénomène chimique tout simple : il est soluble à l’eau. En gros l’eau mélangée aux détritus végétaux devient acide et ronge la roche au fil du temps. Les particules de carbonate de calcium restent dans l’eau selon un équilibre chimique et peuvent se déposer quand cet équilibre est rompu.

C’est ce qu’on observe une centaine de mètre plus haut avec une roche poreuse appelé travertin ou tuf. Qui est simplement dû à l’évaporation de l’eau et au dépôt du carbonate sur des végétaux. C’est la même chose pour les concrétions des grottes.

gorges de la roudoule gorges de la roudoule

travertin

On retrouve ensuite une couche de marne très sombre, partiellement cachée par la végétation puis le paysage change radicalement. En effet face à nous la roche est rouge, il s’agit des pélites du dôme de Barrot.

Juste avant la pélite on trouve une fine couche de roche blanchâtre chargée de galets. Il s’agit d’un grès, ou plus précisément d’une quartzite qui délimite la période primaire de la période secondaire. Cette transition étant caractérisée par une extinction massive d’animaux marin et l’apparition des dinosaures. C’est aussi la caractéristique de l’arrivée de la mer, les galets ayant été charriés à cette occasion.

contact permien/trias et minéralisation de sulfates de cuivre

rivière de la roudoule

pelite rouge du dome de barrot

Avant l’arrivée de la mer, il faut imaginer un milieu beaucoup plus hostile. Un rift, c’est à dire une zone de terre plus basse que la mer comme la death valley aux états unis, la Jordanie avec la mer morte ou le rift éthiopien. Il faut imaginer une chaîne de montagne très haute qui le borde d’un coté et une chaîne de volcan de l’autre. Les vestiges de cette chaîne sont le Mercantour actuel et le vestige du volcan étant le massif des Maures, la Corse et la Sardaigne tout entière, sacré volcan!!

pelite rouge du dome de barrot

Les milliers de mètres de cendres accumulées et transportés par les pluies ont donné naissance aux fameuses pélites rouge du trias. Imaginez aussi le thermalisme à ce moment là. Comme à Yellowstone mais en plus grand encore. Ces eaux chargées de minéraux ont déposé ça et là des filaments de métaux comme le cuivre, l’argent ou l’or!! En témoigne les vestiges de mines de la haute Roudoule. Il y a même un musée à visiter.

Maintenant il ne reste plus qu’à redescendre, à vélo, en voiture ou … en canyon!!

 

Si une excursion dans la Roudoule vous intéresse, contactez moi

Orage ô désespoir!

J’ai écrit il y a quelques temps un texte sur les modèles météo et leur interprétation sur le forum descente-canyon.com

Je l’intègre aussi sur mon site afin qu’il puisse être étudié.

La ligne directrice de ce texte est de se méfier des prévisions et de croiser différentes sources afin d’avoir une idée d’ensemble des conditions météo. En gros c’est pas parce que météociel dit qu’il fait beau qu’il va faire beau ou vice versa!

Je vous laisse lire ce texte.

Je lance un sujet qui a vocation de rassembler des informations concernant nos prises de décisions vis à vis de la météo. Il serait intéressant de limiter le nombre de message par participant afin de garder ce sujet lisible de tous.
A noter que les informations données ici même ne doivent pas servir à trouver des prétextes pour aller en canyon mais plutôt à renoncer ou adapter son parcours.

Me concernant. J’utilise plusieurs supports météo.

Météoblue : J’utilise deux outils qui sont le météogramme et le multimodèle.

Le météogramme permet de visualiser la couverture nuageuse et les cumuls et heures de pluies théoriques. C’est le résumé météo du lieu choisi. Je me base souvent là dessus quand les prévisions semblent évidentes
https://farm2.staticflickr.com/1889/44123405162_4816ef0602.jpgmétéogramme méteoblue amen by Guillaume Coquin, sur Flickr
Ici on voit bien que c’est couvert de Lundi soir à mardi soir avec des chances qu’il pleuve mardi une bonne partie de la journée avec des cumuls potentiels de 8mm sur la journée. Mercredi matin il devrait faire beau avant le retour des orages

Le multimodèle permet de comparer la prévision selon les différents modèles météo. Si tous les modèles s’accordent on sait que ce sera mauvais et généralement personne ne sort. Quand les modèles ne sont pas accordés, on sait qu’on sera dans une situation imprévisible avec des phénomènes locaux.
https://farm2.staticflickr.com/1873/43265566835_5fe2126e46.jpgCapture ecran meteo by Guillaume Coquin, sur Flickr
exemple : Les modèles s’accordent à dire que mercredi aprem la météo sera pourrie à la clue d’Amen. Deux modèles indiquent que le matin il peut déjà pleuvoir très fort, il n’y a donc aucune certitudes horaire. Cet outil sert à affiner la décision quand on a un doute suite au premier outils. Typiquement sur ce graphique, la météo ne sera pas stable avant vendredi et si on souhaite tenter l’aventure quand même on peut lier au troisième outils suivant.

Météociel : Avec l’utilisation des Modèles spécifiques. Je vais utiliser les modèles Arome et Arpège qui sont les modèles de météo France. GFS étant le modèle américain par exemple.
Arome est un modèle à maille fine basé sur énormément de données locales. Sur cette modélisation on voir donc les cellules orageuses prévues qui semblent pas bien méchantes.
https://farm2.staticflickr.com/1887/44123221352_865c499351.jpgCapture ecran meteo 2 by Guillaume Coquin, sur Flickr
En utilisant Arpège qui est un modèle plus global, on ne constate pas le même résultat.
https://farm2.staticflickr.com/1890/44123221292_22320a5fd9.jpgCapture meteo 3 by Guillaume Coquin, sur Flickr

Bilan : Les phénomènes locaux ne peuvent pas être prévus précisément et il faut voir plus globalement à l’échelle du massif complet.

Toujours sur météociel avec les modèles arome et arpège. J’analyse ensuite la donnée MUCAPE.

wikipédia a écrit:

L’énergie potentielle de convection disponible (EPCD) (en anglais Convective Available Potential Energy ou CAPE) est la quantité d’énergie (exprimée en joules par kilogramme, symbole : J/kg, ou l’équivalent m2/s2 rarement utilisé) qu’a une parcelle d’air plus chaude que son environnement ce qui se traduit par une poussée ascensionnelle due à la force d’Archimède. Cela se produit dès qu’on dépasse le niveau de convection libre de la masse d’air.

En gros c’est le potentiel d’explosivité des orages. Au plus les couleurs sont dans le rouge au plus les phénomènes peuvent être rapides à se mettre en place et à s’effondrer.
Sur arome on voit que le potentiel est fort sur le pays génois, la plaine et Pô et le Var
https://farm2.staticflickr.com/1874/44123221182_945bcaeb8a.jpgCapture mucape arome by Guillaume Coquin, sur Flickr
Sur Arpège par contre on constate que c’est accordé sur le Var mais que le potentiel est fort en plaine du Rhône et plus faible sur le Pô.
https://farm2.staticflickr.com/1838/44123221082_3e5bb92544.jpgCapture mucape arpege by Guillaume Coquin, sur Flickr

Bilan : Le mercredi on est sur que le risque est fort sur le département du Var aux alentours des gorges du Verdon mais que pour le reste des Alpes c’est très imprévisible. En gros la météo ne sait pas où ça va tomber.
La décision à prendre est toujours délicate dans ce cas là. Faut il partir en canyon? les septiques diront que non, les optimistes diront que oui. Les logiques diront que le matin ça craint moins et choisiront des parcours peu engagés. Les insouciants diront que la météo se trompe toujours et qu’il faut tenter Amen. Les pragmatiques verront sur place et prendront une échappatoire si ça flotte.

Les prévisions doivent servir à faire renoncer et pas forcément à s’engager!! Soyez prudents
Bon canyons à tous.