Balades Corse (ou comment amener son chien en vacances)

De manière assez improvisée et pas forcément judicieuse avec la saison qui arrive, j’ai pris des vacances.

Non je ne suis pas tout le temps en vacances quand je voyage. A quelques exceptions, quand on me vois en canyon loin de chez moi, c’est plus ou moins lié au travail. Cette fois ci c’était vraiment des vacances avec ma compagne et le chien.

On avait prévu de faire du kayak. La corse est une grande destination pour cette activité et on a salivé sur les photos et vidéos plusieurs semaines durant. L’avantage du kayak c’est que le chien pouvait suivre sur les rives.

On voulait faire du canyon aussi, la Corse étant encore une destination de renommé. Cependant le chien n’est pas le compagnon le plus idéal pour cette pratique.

On avait pensé grimper aussi mais vu notre assiduité ces trois dernières années, j’étais septique.

On verrait bien sur place, dans le doute, on prend tout, c’est à dire 1 mètres cube de bordel pour deux, on embarque sur le ferry et on traverse.

IMG_20190609_105038

Balades en Corse

Et là patatra, tout allait bien, jusqu’à voir la première rivière: Pas d’eau! Même pas pour faire flotter une bouée. Et quand je dis pas d’eau, c’est vraiment pas compatible avec l’idée de base. Autant dans les Alpes Maritimes quand les limnigraphes disent pas assez d’eau, on peut quand même tenter. Autant là c’est mort. Les kayaks resteront sur le toit.

Seconde tentative, le canyon et vu les aboiements culpabilisants du canidé, on ne refera pas deux fois. Pourtant le petit canyon de Petra Leccia était bien mignon sans être exceptionnel.

IMG_20190611_133827

IMG_20190611_134602

Reste plus que l’escalade comme activité partagée. Sachant qu’un berger australien ne grimpe pas du 6a, on allait rester sur des falaise d’une longueur. Première falaise, on passe une aprem tranquille dans un spot de la Restonica et très vite le toutou trouve un fourré, se couche dessous et dort. On réitère à Calacuccia et pareil, on met tout juste les baudriers que le chien va chercher son buisson à l’ombre. On va tenter plusieurs longueurs. Lendemain matin on regrimpe au même spot mais sur coinceur ce coup ci en partant du bas comme une ouverture et voir ce qui se passait pour notre compagnon. Première longueur 5c très belle relais, Julie me rejoint et le canidé observe tranquillement.

calaccucia

IMG-20190612-WA0014

Seconde longueur, du 4a en dièdre puis arête, je devine le canidé endormi sous un bloc, une autre cordée arrive, aucune réaction, troisième et dernière longueur incôtable : 4c et 6a obligatoire, traversée buissoneuse puis dièdre moussu à souhait, on arrive au mini sommet. On voit plus le chien. On tape un rappel sur tafoni puis on descend un couloir bien piquant et on retrouve le toutou qui dort toujours. Première petite grande voie au top.

IMG-20190612-WA0016

IMG_20190612_094930

IMG_20190612_104249

Session de couennes trad à Ficajolla. C’est sur cette plage même que l’idée d’acheter un jeu de coinceur et quitter les voies équipés m’est venu. Le rocher est au moins aussi beau que dans mes souvenirs et le coucher de soleil avec.

IMG_20190612_200755

IMG_20190612_202305

IMG_20190612_204624

On refait un petit canyon avec des collègues niçois avec toutouchien qui reste avec Julie puis retour aux affaires grimpantes.

IMG_20190613_125710

Balades en Corse

Balades en Corse

On jette notre dévolu sur un des contreforts de la punta cuccella vers le col de Verghio. Dans le topo j’avais vu des voies terrain d’aventure en 5 max de 15 longueurs parmi les plus belles de l’île dans cette cotation et ce style mais aucune infos ou répétition sur internet. Vu que Julie n’est pas encore bien efficace en style fissure/dalle/coinceurs, je préfère laisser les grandes bambées de la cime pour une autre fois et fouiner sur le contrefort avec un dièdre évident.

IMG_20190612_155951

Vu du bas le dièdre est plus végétatif qu’imaginé, pas grave une série de fissures semble monter sur la rive droite, tentons. Je pars donc équipé comme une aventure yosemitique dans une première longueur d’approche un peu végétale. suivi d’une belle en 4 suivant une fissure bouchée et protégeant quand c’est possible. 35 mètres plus haut belle terrasse, relais et Julie me rejoint en couinant à cause de ses chaussons.

IMG_20190614_122055

La suite semble évidente : soit une renfougne de 40 mètres sur la gauche, soit une fine fissure à doigts à droite en 5b, on part dans la fine fissure. 40 mètres plus haut relais sur une terrasse encore plus fabuleuse.

IMG_20190614_130455

En dessus ça se couche, la ligne est toujours évidente mais franchement dalleuse, les protections sont lointaines mais impossible de tomber dans du 3+ comme ça même si un peu psycho. Avec un encordement à 60 mètres, ça sortirait, mais un dernier relais permet de gérer ça.

IMG_20190614_141134

On tape les rappels dans le dièdre dont la partie haute est franchement sublime. Je propose à Julie de remonter mais entre le Sirocco et la fatigue, elle renonce et on retrouve notre chienne qui dort toujours paisiblement en pied de falaise. On sait pas si on a ouvert ou répété. Comme j’ai trouvé aucune infos nulle part, je propose d’appeler cette balade : tribulation pour grimpeur modeste. 5b max, 4c obl. Aucun point en place, TA intégral. 5 longueurs. Friends du 0.25 au 3 en double et quelques cablés.

tribulations pour grimpeurs modestes

Jour suivant on retourne dans la Restonica pour grimper la Candella di l’Oro. Julie a changé de chausson et est prête à se venger de sa modeste performance de la veille. La ligne est magnifique et tout est très beau à grimper. On n’est plus inquiet pour la chienne qui nous regarde depuis le vallon d’en face avant de redescendre aux sacs, on se fait plaisir. Cette voie est vraiment un must dans ce niveau d’escalade et on ne se pose pas trop de question.

IMG_20190615_131751

IMG_20190615_133559

IMG_20190615_150103

IMG_20190615_155520

L’après midi même, on refait les sacs et montons dans la restonica pour dormir au pied de la falaise de rossolino.

IMG_20190615_180430

IMG_20190615_201204

Balades en Corse

On hésite entre la sur-classique Ombre et lumières ou avec Tafonissimo, plus facile mais moins équipée. On choisira la seconde qui effectivement est une belle escalade, sauf qu’on a dû se perdre à l’avant dernière longueur parce qu’on a trouvé ça moche. L’arrivée au sommet est quand même surprenante. Pas de problèmes à la descente, on ne coincera aucune corde en faisant un poil attention.

IMG_20190616_105521

IMG_20190616_105949

Retour à Nice tous les trois avec la satisfaction d’une belle semaine de sport et un bel équilibre avec notre boule de poil qui nous suit sans être une contrainte.

Ouaf

 

 

 

[Albania canyon] Benje la classique de Permet

Derniers canyons du trip pour nous. Je décide d’amener mes amis dans le secteur de Permet. Cette vallée dans le sud du pays est aussi agréable à balader que pour l’eau vive ou le canyon. Je pose mon camp de base chez mon ami Beni, LE guide local. Il y a plusieurs canyons bien sympa dans la vallée : le canyon de Leskovik (Gryka e Pagomenit) tout au sud et sublime. Le Babos avec la remontée ou la descente au choix de la Lengarice, énorme canyon à aborder en rando aqua. Le Kamencke au fond de son cirque sublime. Le Guri i Bletes, court et bien plus beau que l’impression des ouvreurs. Et pour finir le Llirkave, défendu par son accès 4×4 avec ses strates multicolores et son eau transparente.

Premier canyon à faire quand on a peu de temps le Guri i Bletes. On aura pas beaucoup de photos de celui ci, un orage nous cueille dès le premier encaissement et on fait le canyon au pas de course. Quelques photos à voir ici

Lendemain grand beau, on part sur le Benje qui m’avait fait une belle impression l’an dernier. Benje est l’aqualand d’Albanie. Pour l’instant absolument sauvage, il risque de devenir fréquenté dans les années à venir. Cette année on le découvre avec une belle eau verte qui fait rêver. Un grand moment de canyon!

IMG-20190525-WA0033

IMG-20190525-WA0051

IMG_20190525_124916

IMG_20190525_130629

IMG-20190525-WA0029

IMG-20190525-WA0034

IMG-20190525-WA0009

Le trip se fini en beauté et mes équipiers sont comblés. On a pu partager encore de belles descentes avec nos amis albanais. Bref on y retourne en septembre!

 

[Albania canyon] Nivice : un gros morceau

Retour deux ans en arrière. On arrive avec mes équipiers sur le plateau de Kurvelesh pour ouvrir les beaux canyons vu par satellite. Le trajet depuis Berat et la montée par la piste nous prennent la matinée. Première chose, on essaye de trouver à manger sur place. On trouve une Gargotte bien rustique et on commande. Très vite un jeune homme bien habillé arrive avec une belle mercedes, les deux contrastent avec le site. Il nous parle dans un très bon anglais et s’occupe de la transaction entre nous et la gérante. Vu le prix, on a le sentiment de s’être fait arnaquer, mais vu l’isolement du village, l’aspect de notre interlocuteur et les derniers accrochages entre l’armée et les narcotrafiquants récents, on ne relèvera pas mais ça me mettra le doute.

La suite des événements sera un gros orage avec une crue dans le Nivice (Ademi), on ira au Leckdush (Gura) ouvrir jusqu’à un chemin bien visible au nous mène au sommet d’une verticale imposante estimée à plus de 100 mètres. On reprendra la route le soir même, plusieurs d’entre nous dont moi étant inquiets de la situation étrange.

L’automne venu, Brice Cazale et Sylvain Carletti reviendront et feront la première de Gura et Ademi avec des amis, Le premier avec sa cascade de plus de 200 mètres et le second entrant dans le palmarès des plus beaux canyons d’Europe par son ampleur. La semaine suivante, Pascal Van Duin et David Sefaj ouvriront avec leur team Gusmar (Kozica), Progonnat (gjikiles) et plusieurs autres canyons confirmant ce « hot-spot area canyon » des Balkans.

Retour au printemps 2019. Pour ce voyage sous la thématique de l’improvisation de dernière minute, Je récupère deux jours avant les contacts de Erjola du gite des canyons et de Mujo pour les navettes par intermédiaire de David de Slovénie et les transmet à Komi d’Albanie, notre padawan des canyons. J’essaye de mon coté de contacter Auron Tare, un local qui travaille à l’Unesco et qui tente de développer le tourisme durable. Cette parenthèse pour signaler que faire ça en embarquant au ferry avait un côté utopique et de grande chance de finir en plan galère.

Et pourtant, arrivé sur place, on croise dans l’heure Auron, Mujo et Albi le frère d’Erjola qui nous accueille au gîte. Le plan a marché et on est accueilli en grande pompes. Très vite on réalise que le gîte surplombe littéralement l’encaissement du canyon que l’on voit plonger très vite vers la vallée et on va boire nos rakis en contemplant le projet du lendemain. Mujo me dit qu’il se souvient de ma première visite et où on était allé exactement, on se croirait un peu dans tintin en Syldavie ou le sceptre d’Ottokar avec les espions et l’ambiance pays de l’est.

Auron nous parle de ses projets de développement du tourisme rural pour ce secteur qui est pour l’instant, de mon avis, aux mains de personnes obscures misant sur la culture de cannabis. On lui soumet nos craintes à ce sujet et il nous explique qu’il faudra du temps pour convertir tout les locaux à de meilleures valeurs et que c’est grâce au « project nivice » que le secteur de Kurvelesh deviendra un véritable spot des sports de nature. Il insiste sur le fait d’avoir un guide local pour organiser les déplacements et éviter les éventuels conflits.

Après ces nombreux échanges, un bon repas, direction le dodo afin d’affronter le gros canyon local.

Il fait beau ce matin, c’est le plus beau jour de la semaine, l’équipe est au top, on se lance dans les entrailles du monstre. Le premier encaissement est très court, ludique et superbement sculpté.

IMG_20190523_095337

IMG_20190523_100328

IMG_20190523_101421

IMG_20190523_102114

Après un quart d’heure de marche, on arrive au second, plus long, tout aussi sculpté mais avec une grosse ambiance, il y a un peu d’eau et les gerbes partent dans tous les sens. On se régale.

IMG_20190523_103529

IMG_20190523_103749

IMG_20190523_104004

IMG_20190523_104015

IMG_20190523_105701

IMG-20190524-WA0008

IMG_20190523_105843

IMG_20190523_110227

Une autre petite partie de marche envahie par les déchets et les égouts, on croise un GR, on passe sous le village et nous voilà au départ d’une troisième qui semble plonger dans les abysses. Le canyon prend de l’ampleur et les cascades se font plus hautes, les bassins aussi. Pas mal de sources gonflent le débit et on commence à changer pas mal d’ancrages détruits par les crues.

IMG_20190523_114140

IMG_20190523_113916

IMG_20190523_114611

IMG-20190524-WA0020

IMG_20190523_104235

IMG-20190524-WA0033

IMG-20190524-WA0017

IMG_20190523_125713

IMG_20190523_123214

L’ambiance augmente encore à l’arrivée des grandes cascades, c’est magnifique, on se croirait à la réunion mais dans du calcaire. La partie technique se finie au pied de la C95 qu’on aura rééquipé avec une ligne moins exposée au gros débit.

PANO_20190523_125346

IMG_20190523_134326

IMG_20190523_140112

IMG_20190523_152831

On attaque une marche en rivière belle mais un peu longuette. On est rejoint par l’affluent du Gusmar et l’encaissement se referme, on entre dans le fameux corridor de 2km700. Je ne crois pas me souvenir avoir du un encaissement aussi long, régulier et imposant qu’ici. C’est assez unique.

IMG_20190523_144735

IMG-20190524-WA0003

IMG_20190523_155322

IMG_20190523_155848

IMG_20190523_161843

IMG_20190523_163100

IMG_20190523_162228

IMG_20190523_170053

IMG_20190523_170058

IMG_20190523_170618

La fatigue commence à poindre dans le groupe et la vitesse de progression diminue. Il n’y a désormais plus de cascades. On rejoint l’affluent du Progonnat, l’encaissement est encore immense. On arrive à la confluence avec le Leckdush et on réalise qu’on est en retard pour le rendez vous avec Mujo et le minibus. On est trois à partir devant à gros rythme pour retrouver nos contacts albanais et les faire attendre. Pas de soucis, il étaient dans la fin du canyon, tranquilles.

En quelques dizaines de minutes on récupère 5 membres du groupe et l’attente commence pour les autres. La nuit tombe et toujours rien. Fred remonte le canyon avec Mujo par les rives. Je redémarre les deux téléphones (français et albanais) et je reçois des messages du genre « vous êtes où? » Et voilà que pointe le plan galère. On voit arriver Murray en courant de nulle part, ils sont montés par un chemin balisé et se trouvent tous au col 500 m de dénivelé plus haut. On apprend que Ivan est parti en stop nous chercher mais il ne sait pas où il est lui même. les portables de Mujo et du chauffeur tombent en panne de batterie, on remonte dans le canyon chercher Fred… On a récupéré 6 personnes. On retrouve Ivan en maillot de bain au bord de la route bien plus bas avec une histoire atypique de chauffeurs étranges. On est 7 maintenant. On remonte au col, on trouve Boustou et Muriel, 9, mais maintenant il manque Yannis qui est parti en stop lui aussi, on ne sait pas où. On rentre au gîte et on croise un convoi de Mercedes. Yannis avait rameuté le village pour aller nous chercher en montagne! 10! ouf on y est tous. Raki time!!

Alors Nivice ça vaut quoi? C’est clairement un beau gros canyon. Il est complet, long, engagé. Pour moi il reste moins époustouflant que Gradeci qui est clairement hors norme mais c’est clairement un beau morceau. Nivice c’est un peu le Gorgopotamos Albanais. C’est souvent très beau, c’est continu et c’est éprouvant. Incontournable.

Fiche Technique

Commune

Tepelene

Vallée

 Bence

Trajet depuis Tepelene

1 heure

30 minutes

Difficulté

Très difficile

Longueur

6000m

Descente en rappel max

95 m

Cotation

V5A5V

Approche

10min

Descente

6h00

Retour

55min en montée par le GR vers le col

45min à plat par la Bence jusqu’à la piste

Navette

 oui 10 ou 17km

Dangers particuliers

 Crues soudaines

Longueur

Nombreuses cultures narco

Roche

Calcaire

Intérêt

3.6/
4

maps nivice

[Albania canyon] Gradeci avec entrée par Duroj

Gradeci plan d'ensemble

Après la baffe monumentale d’il y a deux ans, je m’étais promis de retourner voir le Gradeci afin d’être sur qu’on avait pas craqué lors de notre passage. Ce canyon fait il vraiment parti du top européen? Mes amis vont ils aimer ça?

La veille grâce à Komi qui a appelé le gestionnaire du barrage, nous avions la certitude que la prise d’eau en amont resterait fermée. Il nous reste plus qu’à vérifier que les frontales soient chargée et go.

J’ai décidé d’explorer un affluent rive gauche qui permet de shunter la belle mais longuette marche de départ et d’arriver très proche des cascades.

J’ai un gros doute en arrivant en haut du cassé, celui ci semble monumental dominant de près de 200 mètres le fond de vallon. On a que des cordes « courtes »de 40 à 50 mètres et il vaut mieux éviter un rappel plein vide plus haut. Je fixe et dit à mes équipiers d’attendre, je vais vérifier. Je pose donc une centaine de mètres de cordes sur des arbres bien situés et mes souvenirs étaient bon, l’eau court sur la falaise sans envolée. Je remonte en réalisant que j’ai oublié mon bloqueur de pied et fais passer le message qu’on valide l’accès. Le groupe me rejoint et on finit l’ouverture de ce petit vallon mignon et vertical.

IMG_20190521_101131

En bas de la C150 (et oui, la cascade est continue) une grotte attire forcément mon attention et j’ai envie d’aller voir, je réalise qu’il y a un chemin bien tracé qui y mène et le doute m’habite vu que les albanais ne descendent pas là bas dedans, j’ai confirmation dès que le sol devient meuble, il s’agit d’un chemin d’ours! Retour en arrière très vite, je descends les dernières cascades du vallon et propose de le nommer le canyon de l’ours : Duroj en albanais, le groupe est d’accord.

IMG_20190521_112812

Fiche Technique Duroj

Commune

corovode

Vallée

 Gradeci

Trajet depuis Berat

1 heure

30 minutes

Difficulté

Peu difficile

Longueur

100m

Descente en rappel max

50 m

Cascade max 

150m

Approche

20min

Descente

1h30

Retour

2 heures de remontée ou 4h si suivi de Gradeci

Navette

 selon choix

Dangers particuliers

 Tanière d’ours en rive gauche après le troisième rappel

Roche

Calcaire

Intérêt

2/
4

On est maintenant dans le lit du Gradeci, là où on s’était arrêté pour le point GPS lors de notre premier passage. Je sais donc que le canyon va commencer par un chaos plus ou moins ludique qui va durer une petite heure avant d’arriver à la partie majeure. Ce chaos est beau par moment, faisant penser au Riolan, ludique à d’autres mais rébarbatif après quelques dizaines de minutes. Et quand l’ennui arrive, le canyon s’engouffre!

IMG_20190521_120355

IMG_20190521_131943

La partie obscure est magnifiée cette année par des rayons de soleil plus présents et par le gros affluent rive droite qui coule abondamment. C’est l’extase. Les cartes mémoires se remplissent.

IMG_20190521_133633

IMG_20190521_134152

IMG_20190521_134803

IMG_20190521_135329

IMG_20190521_135330

IMG_20190521_135827

IMG_20190521_140231

IMG_20190521_140945

IMG_20190521_141452

IMG_20190521_141627

IMG_20190521_141747

IMG_20190521_141923

IMG_20190521_142454

IMG-20190521-WA0004

IMG_20190521_142814

IMG-20190521-WA0001

IMG-20190521-WA0005

IMG_20190521_143204

IMG_20190521_145328

IMG_20190521_153228

On finit le canyon avec le gros smile aux bunkers de Pirogoshi. Le Gradeci est effectivement majeur!

Fiche Technique Gradeci

Commune

Corovode

Vallée

 Gradeci

Trajet depuis Berat

1 heure 30

Difficulté

Difficile

Longueur

2000m

Descente en rappel max

15 m

Dangers

Crues soudaines

Lâcher de barrage

Ours

Partie obscure

Approche

1h

Descente

5h00

Retour

15min

Navette

 oui 20km

Roche

Calcaire

Intérêt

3.7/
4

[Albania] retour dans les canyons de l’Osumi : Bigas et Blezencke

plan canyons osumi

Aujourd’hui le reste des membres de l’expé arrive et la météo est prévue douteuse. On mise donc sur des canyons courts. C’est dans la vallée d’Osumi qu’on trouve le plus gros spot de ce type de canyons explorés il y a quelques années pour la première fois. Le matin on part sur Bigas, le premier canyon que nous avons ouvert en Albanie. cette fois il y a de l’eau et même si les ancrages ont plutôt bien résistés aux crues, leur positionnement n’est pas idéal pour le gros débit et on réaménage un peu le canyon.

IMG_20190520_103426

IMG_20190520_104016

IMG_20190520_104824

IMG_20190520_110224

IMG_20190520_110631

La remontée de l’Osumi jusqu’à la sortie n’aura pas été complètement facile et avec des répétitions avec plus d’eau, il faudra soit se laisser flotter jusqu’au sentier de sortie de Blezencke soit emprunter une vire très exposée en rive gauche qui ramène au passage de sortie.

Fiche Technique bigas

Commune

corovode

Vallée

 Osumi

Trajet depuis Berat

1 heure 30

Difficulté

Facile à medium

Longueur

200m

Descente en rappel max

40m, fractio à 20m

Saut le plus haut

10m selon les années

Approche

0min

Descente

1h00

Retour

25min

Navette

non

Dangers particuliers

 Crues subites en cas d’orage

Débit de l’Osumi

Roche

Calcaire

Intérêt

2.5/
4

sortie bigas

Entre midi et deux, le reste de l’équipe arrive, on mange tous ensemble pendant que l’orage gronde et avant d’aller vérifier le niveau du Gradeci. La centrale débite plusieurs mètres cube par seconde, même si tout est capté, on a peur d’un lâcher de la centrale. On rentre en contact avec les gestionnaires grâce à Komi notre padawan canyoniste albanais, c’est génial d’avoir un local pour tout nous gérer. Tout est arrangé pour le lendemain, il fait bloquer la purge du barrage jusqu’à ce que nous sortions du canyon.

IMG_20190520_173808

Il ne nous reste plus qu’à profiter de la fin d’après-midi dans le canyon de Blezencke, très court lui aussi mais assez sportif avec le niveau d’eau actuel.

On rééquipe plusieurs cascades auparavant désescaladées ainsi que les deux grandes qui tombent dans l’Osumi avec de beaux relais chaînés fournis par Murray notre padawan guide français. Le bon débit cause quelques émotions au groupe mais comme prévu il n’y a pas de danger. Nous avions ouvert le canyon dans les même conditions. Il ne reste plus qu’à se laisser flotter dans les 20 mètres cube de l’Osumi jusqu’à notre sortie historique. Arrivé à la route des locaux nous indiquent un vrai chemin facile 100 mètres en aval. Ce sera pour les prochains!

IMG-20190520-WA0013

IMG_20190520_164225

IMG-20190520-WA0009

IMG_20190520_173803

IMG_20190520_174952

IMG-20190520-WA0002

IMG-20190520-WA0019

Fiche Technique Blezencke

Commune

corovode

Vallée

 Osumi

Trajet depuis Berat

1 heure 30

Difficulté

medium/assez difficile

Longueur

200m

Descente en rappel max

45 m

Saut le plus haut

10m selon les années

Approche

20min

Descente

1h00

Retour

45min

Navette

non

Dangers particuliers

 Crues subites en cas d’orage

vasque suspendue dans les cascades finales

Débit de l’Osumi

Roche

Calcaire

Intérêt

2.7/
4

sortie blezencke//embedr.flickr.com/assets/client-code.js

Retour en Albanie : Shushices canyon, Gjinar, Elbasan Area

L’an dernier lors d’une aventure bien improvisé, nous avions ouvert deux beaux canyons du secteur de gjinar sur les hauteurs d’Elbasan. On y est retourné pour compléter l’équipement et voir cette descente dans de meilleures conditions.

L’ensemble se révèle bien sympathique. Deux parties séparée par une dizaine de minutes de marche. Près de 18 rappels de 15 mètres maximum équipés en goujon, plaquettes fixe ou amarrages naturels sur lunules sèches (sans cordelette en place). Description ci dessous.

Accès routier depuis Elbasan. Les derniers 5 kilomètres sont de la piste en bon état. On est passé avec un minibus Renault trafic sans soucis. GPS conseillé, il y a de nombreux croisements.

Fiche Technique

Commune

Gjinari

Vallée

Devoll

Trajet depuis Elbasan

1 heure

Difficulté

Medium

Longueur

700m

Descente en rappel max

15 m

Cotation

V3/A3/III

Approche

0 min

Descente

2h00

Retour

45min

Navette

non

Dangers 

  Présence d’ours dans la zone

Equipement volé à plusieurs endroits

Roche

Marbre

Intérêt

3/
4

IMG_1527662976932

Approche : Aucune

Descente : Premier encaissement sportif si le niveau d’eau est élevé mais très court. Les équipements sont cachés des crues et il y a des désescalades délicates. Suis une partie de marche en milieu ouvert avant d’arriver à un second encaissement plus long et profond sans échappatoire. Les cascades s’enchaînent avec peu de marches, ne dépassant pas 15 mètres. Certaines cascades ne sont pas équipées, il y a des lunules rocheuses en rive droite parfaitement situées. Il y a certainement des sauts mais l’eau se trouble vite en marchant.

Retour : Monter dans la ravine/dalle immédiatement en rive droite et forcer les buissons jusqu’à un pont délabré. Le franchir, courage, puis suivre le chemin évident jusqu’à être en vue du village. Il est possible alors de couper à travers champs ou de rejoindre le village. Dans tous les cas on finit sur la piste qui ramène facilement au véhicule.

Remarque : Il est possible d’enchaîner facilement avec Vildes plus au sud par 45 minutes de marche de liaison, V3A3II, 1h puis 1h15 de retour.

IMG_20190519_170119

IMG_20190519_172209

IMG_20190519_151251

IMG_20190519_152137

IMG_20190519_152232

IMG_20190519_152556

IMG_20190519_152901

IMG_20190519_153414

IMG_20190519_155200

IMG_20190519_155547

IMG_20190519_160644

IMG_20190519_161834