[Exploration] Vjosa et alentours de Përmet

Seconde semaine en Albanie et on change de secteur. On est à vingt kilomètres à vol d’aigle, mais en camion c’est plutôt 4 heures qu’il faudra pour faire le tour. Même si un col existe, il n’est franchissable que pour les 4×4.

La Vjosa est une belle rivière, le dernier fleuve d’Europe libre de barrage. Elle part de Grèce et fini en Albanie. Sur ses rives de nombreuses failles ont attiré notre attention notamment la gorge de Langarice et son macro-canyon malheureusement sans obstacles et où l’eau a été dérivée pour une microcentrale.

En regardant de plus près google earth on a vu pas mal de choses en rive gauche vers Tepelene et en rive droite vers Permet.

La première option pose quelques soucis de logistique avec une très longue navette 4×4 et des canyons d’une ampleur conséquente. La seconde semble bien plus réalisable. Il aura fallu faire des choix et ce secteur demande encore pas mal d’exploration. Il y a un fort potentiel.

Babos (Lengarice)

Petit canyon affluent rive gauche des gorges de Lengarice qu’il est nécessaire de descendre ensuite. L’ensemble faisant une sympathique sortie. Le final se fait dans les sources thermales. corde max 25 mètres.

Babos canyon Babos canyon

Babos canyon Babos canyon

Babos canyon Babos canyon

Babos canyon Babos canyon

Babos canyon

Kamenckès (Frasher)

Très belle entaille qui promettait bien. Le départ très ludique dans une eau transparente et propre a créé une belle dynamique dans le groupe. Malheureusement dès le pied de la grande paroi rive droite au pied des grands rappels la gorge s’élargit et l’intérêt se perd.

On est remonté par un affluent rive droite en une grosse heure.

Kamenckès

Kamenckès Kamenckès

Kamenckès Kamenckès

Kamenckès Kamenckès

A chercher donc un retour rive droite au pied des grandes cascades (C40) en longeant le pied de falaise jusqu’au chemin des grottes, elles aussi à explorer!!

Perspectives : 

Guri i Bletës

Très bel encaissement sur la route de Kamenckès. Très pollué

Kosovë

Accès via une longue piste, 4×4 nécessaire. Surement pollué

Benjë Novoselë

Accès via une longue piste, 4×4 nécessaire, risque de manque d’eau.

Affluent Rive droite Lengarice

Parcours qui semble court juste en face de Babos

Lengarice sup

Accès???

Nemercka

Accès routier, prise d’eau au départ, gros débit potentiel.

Zhepe

Accès inconnu (sentier?), gros dénivelé!

Strembec

Cascades isolées dans un cadre impressionnant très dolomitique!

Secteur Tepelene

Canyons d’ampleurs, très longue navette sur piste, grandes verticales en rocher douteux, Fort potentiel, eau très polluée.

leckdush canyon

[Exploration] Gradeci : un nouveau grand canyon en Europe

L’histoire de notre exploration en Albanie a commencé par une suggestion de vacances en camion aménagé. J’avoue ne jamais avoir regardé avant, j’avais focalisé mon attention sur le Monténégro ou la Grèce pour ses canyons, grottes et autres falaises à grimper.

La suite est composée de quelques heures de google-earth afin de regarder à quoi ressemble ce pays qui semble bien plus accueillant qu’imaginé.

Rapidement l’attention se pose sur les montagnes, les falaises et les cours d’eau qui descendent des montagnes à travers les falaises. Je suis pas un canyoniste pour rien… et le constat est évident, il y a quelque chose. Pourtant Caracal avait exploré la zone et n’avait rien trouvé de convainquant. Sa déception avait enlevé toute curiosité aux nombreux autres explorateurs européens, si Caracal n’avait rien trouvé c’est qu’il n’y avait rien. Et si Steph s’était trompé?

Bref au plus je cherchais au plus je trouvais de photos, vue aérienne confortant une idée d’exploration prochaine.  Puis je suis tombé sur la rivière Corovoda et son encaissement. Là c’était juste évident : il y avait un canyon énorme. Sur les photos de voyageurs on devinait sans problème un encaissement d’au moins deux cents mètres de profondeur. On était loin du compte… C’était un des objectifs du séjour.

En arrivant à la ville de Corovode, on a tous un torticoli en voyant l’encaissement, énorme, imposant et évident. On va voir de plus près et on hallucine. C’est du très lourd. Peut être 500 mètres de falaises voir plus, en bas on ne voit rien mais on entend le bruit de l’eau, ça semble vraiment très fermé voir sombre.

Quelques jours après on attaque ce canyon de près de 6 kilomètres pour 500 mètres de dénivelé, enserré entre deux parois de 500 mètres, aucune échappatoire et toujours cette partie tellement encaissé qu’on se demande bien si ça passe…

Première partie : de la marche en rivière.

Je repense longuement au topo T2 des Balkans avec la notion de « gorge encaissée sans le moindre obstacle ». Le cadre est grandiose avec des parois gigantesques, des grottes aussi imposantes, une belle eau claire. L’ambiance devient plus intense en croisant des traces d’ours fraîches. On est vraiment en train de vivre une aventure. Même si il ne se passe pas grand chose et qu’on marche dans un interminable champ de rochers.

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon

Morgan râle un peu, il faut dire qu’il s’est pris un pavé sur la cuisse la veille, que l’hématome le lance et qu’on marche plutôt très vite. On fait donc une pause GPS, barres de céréales et bouteille d’eau histoire de détendre un peu tout ça. ça fait une heure et demi qu’on marche on a déjà parcouru la moitié de la distance mais perdu tout juste 100 mètres de dénivelé.

La bonne nouvelle c’est qu’il ne reste plus que trois kilomètres pour 400 mètres de dénivelé, statistiquement ça peut nous donner quelques cascades.

Seconde partie : le chaos de blocs

Quelques dizaines de mètres après la pause commencent des choses sérieuses. On retrouve une configuration bien connue, celle du Riolan et ses passages sous blocs. C’est d’ailleurs au moins aussi beau. On a rattrapé l’eau laiteuse de l’orage de la veille et on ralentit fortement vu qu’on ne peut plus sauter « à vue » et qu’on sonde minutieusement. Les cascades sont maintenant obligatoires mais grâce aux sondeurs, on ne pose aucun points et sautant quelques beaux obstacles.

gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

Le chaos alterne entre très gros blocs avec un beau creusement au dessous et des blocs plus petits où le cheminement se fait par des passages bas et autres chatières très spéléo. C’est amusant un moment mais au bout d’une grosse heure, la lassitude pointe et on espère que le paysage va changer à moment donné.

troisième partie : l’oscuros

C’est au moment où la lassitude pointe qu’une désescalade plus haute descend vraiment bas entre les blocs et tombe dans une faille sombre.

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon

Oui!!! superbe, ce passage vaut déjà le déplacement et on est tout content d’avoir trouvé ça. On ne s’attendait pas à ce que ça dure près de deux heures sans voir le ciel!!

gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

Au plus on avance au plus la faille devient profonde. Le chaos de bloc est toujours là, à trente mètres au dessus de nos têtes. On alterne entre passage sombre et passages obscurs à la frontale, c’est l’orgasme! Au détour d’un virage une cascade d’une dizaine de mètres, on coince une corde dans une faille pour équiper et on s’enfonce sous terre. Autre cascade, on va sonder avec la corde et Sylvain saute dans l’obscurité. Dément!!

On descend de plus en plus, l’ambiance est folle, on est en train de réaliser la grandeur de cette découverte. Autre cascade d’une quinzaine de mètres, on cherche un amarrage naturel et on tombe sur un goujon!! Damned on est pas les premiers, quelqu’un est passé avant nous!!

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon

Malgré la déception de savoir que l’aventure n’est plus complète, on reste un peu en extase devant cet obscur qui n’en fini pas. On a déjà multiplié X 100 la longueur de l’oscuros de Male Vesse, mis cul à cul les oscuros de Gries, Gamchi et Trummel et il ne reste que l’oscuros d’Avello et Sa fosca devant nous. Et ça continue, continue…

Puis ça s’ouvre un peu, devenant juste un encaissement fort et majeur comme l’infernet en isère , mais anecdotique par rapport à la faille incroyable juste avant. Puis ça commence à pas mal nager et au détour d’un virage on voir les bunkers de Pirogoshi, c’est la fin!!

gradeci canyon

gradeci canyon gradeci canyon

gradeci canyon

Alors Gradeci, Corovoda, Pirogoshi (qui sont les différents noms du canyon) ça vaut quoi?

Un grand canyon européen c’est indéniable. Un cran technique en dessous les monstres suisses qui ont la technicité en plus. Un cran esthétique en dessous Sa Fosca qui reste un des plus incroyable d’Europe. A égalité avec Avello pour moi. Plus technique et vertical mais avec un creusement plus fracturé et moins lissé. Avis aux répétiteurs

  • Cotation esthétique : 3.8/4

 

  • Cotation difficulté : 3/3/VI

 

 

  • Approche 30 minutes

 

 

  • Navette 30 km

 

 

  • Retour : 15 minutes

 

 

  • Cascade max : 15 mètres

 

 

  • Equipement : Terrain d’aventure intégral, un ancrage métallique pour 15 cascades environ.

 

 

  • Prise d’eau en amont, débit restituable fort. Prendre contact avec l’usine à la sortie du canyon pour connaître les règles de turbinage.

 

 

google earth plan d'ensemble osumi

gradeci and tributaries google earth gradeci

[Exploration] Les affluents de la rivière Osumi

Première partie de notre voyage albanais, les gorges d’Osumi semblaient prometteuses pour des canyons assez courts et esthétiques. Ça a été le cas avec quatre ouvertures bien mignonnes, une moyenne et une redécouverte majeure qui aura son article dédié.

Les gorges d’Osumi se situent au sud de Corovodë dans le district de Berat. Depuis Durrës il faut compter 3 heures de route environ pour une grosse centaine de kilomètres. On trouve toutes les commodités à Corovodë et un petit camping existe au dessus des gorges d’Osumi entre les descentes de Kalanjasit et Zogasit.

Les canyons se sont formés au raccordement des affluents à la gorge principale. Le bassin versant est composé de marnes crétacé et les cours d’eau sont extrêmement réactifs aux orages. Cependant des pertes existent au contact du calcaire et il sera surement possible de trouver certaines de ces descentes sèches si la pluie vient à manquer.

On a équipé de manière sommaire et il pourra être intéressant de remplacer les maillons de chaîne par de vrais plaquettes si ces parcours sont répétés.

Plan d’ensemble

google earth plan d'ensemble osumi

Germenj

Il s’agit du canyon le plus en amont des gorges d’Osumi et du plus intéressant. Comme ses voisins il est assez court mais très ludique et il ne faut pas hésiter à jouer dans ce petit aqualand local. Le départ se fait depuis la base de l’Albanian Adventure Resort. Quand le complexe sera avancé ce sera un très beau point de chute. La remontée se fait en rive droite, 100 mètres en amont dans une pente évidente. cascade max 30 mètres.

google earth germej et blezencke

germenj

Cliquez sur la photo pour voir l’album

Blezencke

Second canyon en suivant le fil de l’Osumi river. Il se situe en rive gauche et se complète bien après Germenj. Il suffit de franchir le pont et de marcher un quart d’heure pour trouver le départ. C’est un canyon assez photogénique plus en eau que ses voisins. Il n’y a que trois véritables cascades dedans mais ça vaut le détour. Attention aux crues redoutables et immédiates. La remontée se fait après un court floating jusqu’à un affluent rive droite que l’on remonte en escalade jusqu’à la route. Un court pas d’escalade en 4 se trouve sous la route et doit être abordé avec prudence. Cascade max 40

mètres.

blezencke albania

Cliquez sur la photo pour voir l’album

Kalanjasit

Canyon moins esthétique mais avec une belle cascade finale de 85 mètres. Il se situe environ 500 mètres en amont du camping et du point de vue « skywalk ». Le départ n’est pas flagrant depuis la route. La grande cascade est fractionnée en rive droite à -15 mètres environ pour pouvoir retirer la corde. Le retour se fait en floating sur quelques centaines de mètres puis via une remontée sur corde que vous aurez anticipé bien sur avec une corde de 40 mètres (15 mètres raides). La fin de la remontée se fait sur un système de vire qui passe sous le point de vue. Prendre de quoi flotter (gilet ou bidon étanche dans un sac)

google earth zogas et kalanjazit kalanjasit

Cliquez sur la photo pour voir l’album

Zogasit

Plus esthétique mais plus pollué que son voisin, il s’enchaîne facilement avant ou après. Le départ se fait juste sous le carreleur à une centaine de mètres du croisement et en aval du camping. Vu de la route on a du mal à imaginer un canyon à cet endroit.

Cascade max 55 mètres et courte remontée de l’Osumi jusqu’à la corde précédemment posée : attention au débit!

NB : Possibilité d’ouvrir les grandes cascades en rive gauche juste en face pour compléter ce secteur.

NB 2 : Culture de plantes « aromatiques » en rive gauche, grosse méfiance, discrétion et courtoisie de rigueur.

zogasit

Cliquez sur la photo pour voir l’album

Thelle

Canyon en rive droite du torrent Corovoda à la sortie du village. Parcours pas vraiment essentiel sauf pour les collectionneurs. Cascade max 40 mètres. Accès depuis un sentier évident à l’arrivée en rive gauche puis à gauche à une intersection puis dans les champs à plat. Rocher très douteux et équipement inadapté à cette roche!!

thelle

Cliquez sur la photo pour voir l’album

Gradeci

Ce sera surement le but de votre visite. Canyon absolument majeur de la rivière Corovoda. Crues terribles, pas d’équipement, grosse navette, passages obscurs.

Deux affluents sont à ouvrir un sur chaque rive, l’affluent rive gauche ferait une variante d’entrée sympa. Le rive droite doit être parcouru à sec sinon le collecteur sera impraticable.

Un article spécifique à venir sur ce canyon.

google earth gradeci corodova

Perspectives :

La vallée d’Osumi est vaste mais nous pensons avoir vu les canyons principaux. On a butté sur un local en prospectant dans la vallée de Bogove, le lieu semble prometteur.
bogove canyon

  • Il existe surement deux encaissements sur le lit supérieur de Corovoda.
  • De même un secteur mérite d’être prospecté vers Potom
  • La grande montagne rive droite de l’Osumi entre Bogove et Berat a plusieurs sillons, à prospecter aussi.

Kayak en Albanie

En attendant les comptes rendus d’ouvertures canyons voilà déjà un compte rendu plus facile à rédiger sur nos sorties kayak en Albanie.
On s’est baladé sur deux rivières différentes, l’Osumi et la Vjosa.

L’Osumi est une rivière plutôt calme qui franchi un long et profond canyon aux alentours de çorovodë. Son cour s’étale ensuite sur des gravières avant de former une seconde gorge plus classique de Kakrukë jusqu’à Poliçan.

Tronçon Zabërzan
Classe II (3)
Jolie gorge encaissée se faisant rapidement. Elle fini au niveau d’un ancien moulin à farine dont il ne reste que le canal colossal creusé dans la roche. On a embarqué en rive droite 500 mètres avant le pont routier. La fin est évidente et fait un super bivouac avec toilettes et emplacements de picnic.

osumi river osumi river

Kanioni i Osumit
Classe II/III
Superbe gorge encaissée durant presque trois heures. On commence juste à l’entrée de l’encaissement au niveau d’un embarquement aménagé (ne pas s’y garer : privé). L’encaissement devient vite très fort et se réduit jusqu’à 1m95! Gare aux pagaies! De nombreuses cascades tombent dans le canyon et feront l’objet d’articles à part

osumi river osumi river

osumi river osumi river

osumi river

La Vjosa est une rivière prenant sa source en Grèce avant de traverser l’Albanie et finir dans l’Adriatique. C’est le dernier fleuve d’Europe à avoir un cours d’eau totalement naturel lors de notre passage. Mais les lobbys auront malheureusement le dernier mot et il se peut qu’elle perde rapidement son âme.

Strëmbec-Përmet

III/IV

Rivière à gros débit qui s’encaisse par moment dans des gorges de conglomérat. Attention aux drossages vraiment dangereux dans ce type de roche. Nombreuses vagues à surf et grand paysage alentour.

Vjosa river

Vjosa river

Përmet-Kosinë

III

Toujours du gros débit mais une pollution affligeante avec la décharge qui se vide directement dans le fleuve et les eaux usées non traitées de même. Dommage parce que la gorge de conglomérat est superbe.

vjosa

vjosa vjosa

vjosa

La Vjosa se navigue ensuite jusqu’à Tepelen dans des niveau II/III sur donc près de 40 kilomètres. Nombreuses sources karstiques sur ce tronçon.

En amont La rivière se navigue aussi depuis la Grèce dans des niveaux III(IV).

On a eu le sentiment d’avoir été privilégié de parcourir cette rivière dans ce pays où tout va changer très vite.

Quelques adresses : l’Albanian rafting group qui organise de nombreuses excursions dans la vallée d’Osumi.

Il existe un petit camping le long des gorges d’Osumi mais il n’a pas internet (et pas toujours l’électricité!)

Vers Permet le petit camping de Ben, guide local de raft et de montagne. Pour le trouver c’est 3 km au sud de Përmet sur la route de la Grèce.

Death Valley et Alentours de Las Vegas

C’est la dernière ligne droite de notre voyage, notre équipe se réduit tout les trois jours avec les retours en Europe des participants en partance depuis l’aéroport de Vegas. Le soucis est qu’en trois jours on ne peux pas s’éloigner beaucoup et retourner sur Page ou Escalante. On aura le choix entre la Death Valley et les alentours de « sin city ».

Première étape dans la vallée de la mort et la sensation est de suite impressionnante. La route descend du désert de Mojave laissant les étendues de buissons piquants et la poussière à un stade d’oasis en s’enfonçant de plus en plus bas dans un espace hostile et totalement minéral.

La Death Valley a une longue histoire, souvent tragique. C’est un ancien lac asséché d’environ 150 kilomètres de long pour 10 à 30 de large dont le fond est composé d’immenses étendues de sel alternant avec des dunes de sable. Ici l’eau est très rare, souvent imbuvable, c’est l’endroit le plus chaud de la planète et un des plus bas, sous le niveau de la mer bien sur!! On imagine sans problème la détresse des premiers explorateurs voyant inéluctable arriver et donnant le nom macabre à ce lieu.
styx canyon

Pourtant il y a bien des canyons ici!! La plupart s’étant creusé il y a longtemps quand la météo était plus humide et étant parcouru maintenant par de rares mais terribles crues éclair. La dernière remontant à plus de cinq ans. Les noms de canyons sont assez évocateurs : Cerberus, Forge, Hadès, Erebus, Pit of Despair, Bad canyon, Foundry, Hellfire. Tout un programme clairement affiché!! On est parti sur Styx, le fleuve des enfers dans la mythologie grecque. Ce canyon a la particularité de partir du plus haut point à Dantes view à 1669 mètres pour finir à Badwater à -80 mètres sous le niveau de la mer. Ce sera donc le premier canyon sous marin pour nous tous! La surprise est qu’il s’agit d’un vrai canyon avec de vrais creusements, la non surprise vient de la longueur et de la chaleur auxquels on s’attendait. Le qualificatif le plus souvent utilisé est hostile!! Il fait 38°c à l’ombre quand il y a de l’ombre, le reste du temps le rayonnement est tellement fort qu’on a l’impression de sécher sur place. Les trois litres d’eau prévus sont avalés un peu trop vite et malgré le fait s’être copieusement hydraté avant, on fini quand même déshydraté. C’est vraiment impressionnant. styx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyonstyx canyon

On restera une journée de plus pour visiter jusqu’à une casse de la voiture et le retour prochain de Gaëlle qui nous rapatriera sur Vegas.

Autour de Vegas on fera toute une série de plus ou moins jolies canyons : Keyhole, Weeping spring avec remonté par Big Horn, Mud spring, Little Falls. Le moins qu’on puisse dire c’est que les styles sont bien différents!! On passera du canyon désertique au canyon enneigé en moins de 30 miles! Une fin de trip toute en douceur en laissant les gros objectifs de coté pour se reposer.

keyholekeyholekeyholeweeping spring big hornweeping spring big hornweeping spring big hornweeping spring big hornweeping spring big hornweeping spring big hornweeping spring big hornweeping spring big hornweeping spring big hornlittle fallslittle fallslittle fallslittle fallslittle fallslittle fallslittle fallslittle fallslittle fallslittle fallsDSC06788keyhole anniversary mineanniversary mine

Bilan : 

Un trip énorme encore une fois. On a parcouru moins de canyons mais on s’est immergé beaucoup mieux dans l’esprit local d’aventure. C’est un des fondements d’un trip canyon aux Etats unis d’après moi. Aller dans le désert sans lire une carte, chercher au GPS, bivouaquer dans des espaces sauvages et pratiquer la descente de canyon sans construire un relais sur cairn ou poser un fiddlestick autour d’une lunule enlève tout simplement une grande partie de l’intérêt d’un tel voyage.

keyhole

Aller aux Etats-unis c’est se donner une chance de vivre des expériences qu’on ne peut plus vivre en France. Chez nous tout est parcouru, topographié, balisé, équipé. L’aventure a disparu.
weeping spring big horn

Avec le recul d’après voyage, on aurait dû s’organiser différemment en allant dans la Death Valley en début de séjour quand la météo était rigoureuse sur Zion. On aurait dû garder Page et Grand canyon pour la fin en incluant un passage dans le secteur de Bullfrog et de North Wash qui sont incontournables. Quand à Escalante, ça reste un passage obligatoire, à condition d’accepter l’aventure qui va avec!!

weeping spring big hornIMGP7818DSC01115little fallsanniversary mineanniversary mine

Juste une illusion

C’est surprenant, Jean-Louis Aubert aurait pu écrire cette chanson pour ce canyon :

Qu’est-ce qui te fait Courir après Un autre toi même Pour que tu t’aimes Hey !
Qu’est-ce qui te fait nager Contre le sens du temps Pour au fond patauger Dans le contre courant
Qu’est-ce qui te fait vouloir posséder Enfermer Toutes ces images volages Dans ta propre cage

C’est juste une illusion
A peine une sensation
Qui dirige tes pas
Et te montre du doigt
Où tu vas, où tu vas
Juste une illusion
Comme une bulle de savon

Après la désillusion de Grand-canyon on a pris la route du sud vers Flagstaff pour un canyon réputé du plateau de Mogollom : Illusion. Comme à mon habitude, je me méfie des annonces du plus beau canyon du pays parce que je suis souvent déçu ensuite. Surtout que l’histoire commence mal. Des parking payants partout, des panneaux d’interdiction de bivouaquer et nous voilà au campground sans douche mais au bord de la route. Pour couronner le tout, il fait un froid bien marqué qu’on avait oublié à Page.

Bref le matin on se lève motivé mais je reste toujours septique. La marche d’approche est très efficace et on prend le dénivelé rapidement. La vue devient sympa et on s’enfonce dans la forêt au GPS en espérant ne pas se tromper de canyon. En effet à l’est c’est la ravine de retour utilisée quand la voiture est parquée au départ et à l’ouest c’est Insomnia et on a laissé la grande corde à la voiture, corde qu’on a tonché trois jours avant… donc pas utilisable pour le grand rappel de 95 mètres… J’espère vraiment avoir visé la bonne rapide sur les courbes de niveau du GPS…
Illusion canyon

On arrive dans un vallon, il y a bien des sangles en haut des rappels et même une petite boite pour indiquer son passage avec un avertissement pour les longueurs de cordes… Gloups!! Quelques cascades après je suis soulagé, je reconnais une des arches d’Illusion, il ne reste plus qu’à profiter.

Illusion canyon

C’est ce qui est bon avec ce canyon, c’est quand on a l’impression d’avoir fini, il reprend encore plus beau, plus profond et plus sculpté. Une grosse baffe dans une vie de canyoniste!! Les photos ne rendent pas l’émotion de la descente et ça vous laissera la surprise sur place!

Illusion canyon

On l’a eu en eau ce qui est rare, eau glaciale ce qui est plus fréquent. Comme on a voulu profiter de la chaleur de la Death Valley avant le départ de Caro et Damien, on a pris la route le lendemain matin. Mais ce secteur mérite plus d’attention et de temps passé, en effet il y a une quinzaine d’autres descentes sympa aux alentours. Avis aux prochains voyageurs 😉

Illusion canyon

Illusion canyon Illusion canyon

Illusion canyon Illusion canyon

Illusion canyon Illusion canyon

Illusion canyon Illusion canyon

Illusion canyon Illusion canyon

Illusion canyon

Le retour par Oak creek est long mais à faire au moins une fois pour découvrir car absolument magnifique. Par contre on comprend les locaux qui ne veulent pas répéter cette longue marche après chaque canyon et remontent par les ravines adjacentes. Vous croiserez pleins de gens rigolos et de bonne humeur, c’est plaisant!

Illusion canyon