P1030851

Il y a peu de temps je parlais de la notion de terrain d’aventure en escalade. Notion que j’affectionne de plus en plus tant elle offre de liberté tant on peu s’y exprimer quelque soit son niveau. Mais comme chacun sait la pratique que j’affectionne depuis le plus longtemps reste le canyon mais quelle est cette notion en canyon?

est elle celle de la nouveauté de l’ouverture? est elle celle du gros débit? ou est elle celle des conditions spéciales telles que glace ou nuit? est elle celle des terres lointaines? Chacun voit midi à sa porte comme on dit.

La mienne est très contestée auprès des gens que je croise, j’aime beaucoup la phrase qui dit  » nous empruntons la terre de nos enfants » alors je ne comprend pas pourquoi on devrait les priver de ce qui nous a fait vibrer en canyon, c’est à dire la découverte de lieux nouveaux. Cette sensation de première fois qu’on peut éprouver en arrivant dans un lieu sans savoir comment et où passer. J’ai aimé et j’aime toujours arriver dans un lieu et me poser la question existe t’il un amarrage naturel ou où c’est que l’ouvreur aurait mis son point? devoir se débrouiller, improviser, douter, chercher et finalement rentrer chez soi avec un souvenir aussi fort du comment que du où.

Aujourd’hui, dans la plupart des descentes, on ne se pose plus la question du comment, on arrive on pose la corde, on renkitte et on file à la suivante. les seuls piments sont finalement le faire de nuit, sous la neige, sans topo ou avec un gros débit voir empégué, on enlève donc l’essentiel qui est la découverte d’un lieu nouveau avec ses questionnements existentiels du qu’est ce que je fais là? que vais je faire? je pose un piton ou je le garde pour la suite?

Je suis un peu attristé de cet égoïsme avoué de la plupart des canyonistes expérimentés qui ont besoin de laisser une trace de leur passage pour prouver leur expérience. Justement c’est là que le bat blesse, cette expérience n’est qu’illusion, tout le monde peut se sentir puissant avec un perfo, encore plus avec un téléphone portable pour appeler l’hélico si il n’y a plus de batterie dans le ryobi… Pourtant à mes yeux ça prouve qu’ils ne sont pas capables de passer là où d’autres l’on fait sans artifices. Il privent donc les générations futures de cette découverte et de ce questionnement.

On ressent au travers de mes lignes qu’en canyon, c’est dur de définir  la notion de niveau de compétence. d’ailleurs il n’existe pas de compétition crédible, ni de classement quelconque excepté le nombre de parcours. C’est peut être une des seules activités où l’on ne puisse pas concourir ni élire de meilleur ou de champion, alors pourquoi le chercher? Et oui pour moi celui qui pose des points cherche le respect de ses pairs en tant qu’équipeur, accéder au rang de père (au sens dieu le…) se foire de la néoprène dans l’oeil; un peu comme tout ces titres honorifique qu’on les canyonistes aujourd’hui et qui m’excède.

Pour revenir au sujet d’origine, faudrait stopper un peu l’égoïsme et trouver un compromis d’équipement. -Bien équipé sur deux points, -peu équipé sur un point et -pas équipé : chacun sa merde. Ne pas laisser uniquement les bouses aux « aventuriers » mais aussi de belles descentes, enfin arrêter de ferrailler la montagne. On s’y retrouvera tous à la sortie.

J’ai entendu l’argument: pourquoi priver les gens d’aller dans ces canyons? je répondrais la même chose que pour le gros débit, on y va quand se sens près, qu’on a appris et qu’on se sent capable de descendre sur un arbuste, une lunule largable, ou autour d’une branche coincée entre deux blocs. L’initié ne va pas dans le gros débit, il n’affronte pas les grandes verticales, évite farouchement la glace, alors il devrait en être de même pour les canyons sauvages. C’est à nous de s’adapter à la descente et pas le contraire.

A l’opposé il existe tant de descentes bien équipée qu’il y a de quoi faire ses armes sur des relais doublés un bon moment, avant de s’attaquer aux monopoints, puis aux amarrages de fortune. Par contre dans le cas d’un point vieillissant sans autre moyen de descente, renouveler n’est pas un problème!! Mais poser un relais doublé de12mm dans un canyon qui verra 5 personnes tous les 3 ans juste à coté d’un gros pin, c’est ridicule…

Je suis particulièrement content de constater l’équipement suisse. Dans le tessin ou l’oberland ainsi que les grisons, on ne trouve que des points là où c’est obligatoire pour passer, quelque fois des points doublés sur les cascades complexes, mais aussi à l’opposé des relais hors crue si il y a trop d’eau. Dans les canyons fréquentés l’équipement est béton et à contrario dans les canyons sauvages, il est inexistant. un exemple à suivre? assurément

"

  1. Max dit :

    Voilà un article très intéressant 🙂

  2. C’est vrai que deviner et déterrer des amarrages « focilisés » au pied des arbres dans Sanson, Varne, Mont Noir… donne un agréable parfum d’aventure à un canyon. Un plaisir rare, qui implique des partenaires solides. J’en garde des souvenirs précieux.

  3. altisud dit :

    de toute façon pour vivre l’aventure faut pas rester dans le 06 tout les canyons sont acceptisés et même les rognons commencent à l’être aussi

  4. agecanyonix dit :

    D’accord à 200%

  5. […] canyon a un équipement particulier. Il y a quelques années j’évoquait la notion de canyonisme et terrain d’aventure, là j’ai trouvé un parfait exemple d’équipement intéressant. La plupart des relais […]

  6. […] ça rajoutait un peu de piment. J’en profite pour donner le lien d’un ancien article à lire, que je remettrais prochainement au gout du jour, avec pas mal de nouvelles informations […]

  7. […] y a quelques années, j’écrivais un article sur la notion de terrain d’aventure en canyon. Même si cette notion a quelque peu évolué pour moi depuis, il en reste pas moins que je […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s