traversée baoudillons-nevadenrelac

Je voulais faire une bonne sortie spéléo avant la saison de canyon et une journée dans la traversée baoudillouns-nevadenrelac tombait donc à point. C’est sur l’impulsion d’un spéléo local que ce projet a vu forme. En deux séances ils équipent l’aven des baoudillouns et ressortent quelques heures après par le nevadenrelac. Le but est de laisser la cavité équipée quelques semaines pour que les spéléos locaux en profitent un peu avant de la déséquiper. J’ai eu de la chance, j’ai pu y aller!!

L’aven des baoudillouns est une entreprise sérieuse. Pour rejoindre le collecteur il y a une longue série d’enchaînement de puits volumineux et bien sculptés et de longs méandres étroits. Il y a eu très peu « d’aménagement » et le gouffre est presque dans la configuration des découvreurs, les échelles en moins!!

Le nevadenrelac c’est aven de calern en verlan, il a en effet été ouvert depuis le fond en escalade. C’est le moyen le plus confortable de rejoindre le collecteur des moustiques. C’est par là qu’on est remonté, il faut dire qu’il n’y a plus vraiment d’étroiture en passant par là et il suffit juste de remonter tranquillement.

Entre les deux on progresse confortablement dans le collecteur des baoudillouns, on passe non loin de l’impressionnant puits à gore, on se tartine gentiment de boue bien collante, bref tout le concentré de la spéléo du 06!!

Le gros avantage de cette traversée c’est que grâce aux équipeurs, on a juste à transporter un kit avec de la nourriture et se déplacer soi-même. Les baoudillouns étant assez affreux à progresser avec des kits… Merci à eux pour cette initiative!!

L’entrée des baoudillouns

traversée baoudillons-nevadenrelac

Dernière vue sur le ciel pendant la descente du P76

traversée baoudillons-nevadenrelac

On trouve tout le long la même configuration : des puits vastes et esthétiques

traversée baoudillons-nevadenrelac

traversée baoudillons-nevadenrelac

Des puits larges alternant donc avec des méandres… merdiques

traversée baoudillons-nevadenrelac

Bien que certains méandres sont esthétiques et pas déplaisant sans kit

traversée baoudillons-nevadenrelac

Aucun doute la suite est là

traversée baoudillons-nevadenrelac

Dans le collecteur, il y a de l’eau, logique. De belles marmites avec une eau claire qui ne le restera pas trop.

traversée baoudillons-nevadenrelac

Des galeries spacieuses

traversée baoudillons-nevadenrelac

Spacieuses mais boueuses, bah oui c’est le 06

traversée baoudillons-nevadenrelac

La remontée du nevadenrelac est aisée : pas de boue, volumes, étroiture confortables

traversée baoudillons-nevadenrelac

Le retour au soleil en est même surprenant en découvrant la cavité. 

traversée baoudillons-nevadenrelac

Participants : Florence, Nico, Laurent, Fred, Guillaume

Le compte rendu de Fred:

Lieu: traversée Baoudillouns – NRELHAC Participants Taupes: Flo M, Fred, non Taupes: Nicolas Baudier (ASBTP), Guillaume Coquin (CRESPE), Laurent Galera (CAF Nice). Excusée: Marie-Clelia Godgenger (CRESPE) Accompagnant surface: JPS TPST: 7h Afin de désengorger la sortie déséquipement du dimanche, une autre sortie Taupes s’est organisée le samedi. Apres de moultes péripéties sur les participants, y compris presque jusqu’aux derniers moments, nous voici partis pour cette mythique traversée, dans le sens facile: descente par les Baoudillouns et remontée NREHLAC. Nous retrouvons au parking de l’observatoire Guillaume, un copain de MC et Laurent, tuyeauté sur la sortie par Jean-Luc « HotWaker ». Hasard suprème et petite planête, Guillaume est celui qui avait rédigé le blog sur la Sardaigne 15 jours avant et qui nous avait tant servi sur place ! Ca a donné un bon sujet de discussion commun. Ainsi que les bebêtes et les canyons. La météo est au beau et JP nous accompagne en surface faute de ne pouvoir faire que le NRELHAC, coincé par un pb de timing. La marche d’approche est assez courte. Je commence a équiper à 10h30 la MC et le -2 de liaison vers le P76, ca a l’air beau et grand 🙂 Je me rends compte que j’ai oublié mes gants, bah ca fera une expérience… D’autres ont bien oublié leur protections de genoux. C’est pas comme si on allait faire une grosse sortie hein 😉 Le puits s’évase de plus en plus c’est trop top, ca fait bien penser au Jean Nouveau. Ca blablate toujours pas mal en surface, donc je me retrouve assez vite dans le bas du puits, seul. Enfin le fameux palier intermédiaire ou il faut penduler pour choper la plateforme intermédiaire. Vu l’ampleur de l’opération c’est dommage qu’un rappel guidé n’ait pas été installé ou à défaut la main courante, ca va couter un bout de corde vu comment celle-ci frotte à la remontée. Flo et Nico me rejoignent. La suite est tout de suite moins engageante car on passe direct en position quatres pattes. Nico prends la tête, si il passe tout le monde passe 🙂 Guillaume et Laurent sont justes derrière. Là s’enchainent pendant 3h30 des portions avec un peu de tout mais sur fond omniprésent de méandre vertical avec moultes restrictions et surtout un beau méandre à l’egyptienne qui semble interminable. On en profite pour apprendre les dernière péripéties de ceux qui ont eu le malheur de faire tomber des choses au fond … Les têtes de puits sont presque toutes étroites et en biais. Oui il vaut mieux faire ca à la descente qu’à la montée ! Le flêchage à base de rubalise est sommaire mais suffisant. On a un peu hésité sur le fameux bas de P10 les pieds dans l’eau ou il faut bien prendre le méandre en bas ensuite pour par « trop » se faire chier, mais finalement le balisage et les souvenirs de Laurent (qu’il l’a fait plusieurs fois) permettent de trouver LE bon P10 et de s’en sortir. Assez la vite l’argile est de la partie, mais bon la spéléo avec des petits kits en descente, sans timing obligé font qu’on prend tous ces obstacles avec rires et philosophie. Les cordes sont assez glissantes aussi malgré leur taille pour certaines. Après 4h de périples, on finit par se trouver dans le collecteur, enfin de plus grands volumes, des zones propres et des marmites. Il est 14h30, largement le temps de faire la pause casse-croute. Guillaume a eu l’excellente idée de ramener un sac de bonbons Haribos ! Afin de ne pas être désagréables, nous faisons une entorse à notre régime sportif version JPS et profitons largement de cette aubaine 🙂 Comme souvent le froid se fait assez vite ressentir et nous reprenons notre marche dans la galerie. Quelques passages imposent de se mouiller le haut des jambes voir le « thermometre » pour ceux qui ne sont pas tres grands ou grandes 😉 Quel bonheur d’évoluer sans gants dans cette galerie noyée par le passé et donc parsemée soit de picots, soit de petites lames de corrosion coupantes soit d’argile. Après une remontée de trémie étroite au sommet du fameux P90 on se retrouve dans le GRAND collecteur du Moustique. Là c’est une autre ambiance, plus Sarde qui s’impose. Enfin des galeries à taille grandiose 🙂 Une heure apres la pause, on se retrouve au pied des puits du NRELAHC et on démarre la remontée. Les premiers puits sont tres grands et découpés de manière tres esthétique, c’est un vrai régal. Le reste n’est que petits puits partiellement escaladables directement, ce qui accélere d’autant la montée, qui se fera en 1h30. Il est 17h30 à la sortie, il fait beau, que du bonheur. Le retour se fait à bonne allure, avec de bonne sensations dans les jambes, car il faut tout de même remonter la centaine de m de dénivellé que nous n’avons pas remonté sous terre, avant de passer devant les Baoudillouns. On prend alors tout notre temps sur le parking pour discuter et finir le sac de Haribo avant de repartir chacun chez soi en repassant par Pré du Lac. C’est de la belle spéléo que nous avons fait et Flo qui quitte la région, repart ravie de cette dernière belle sortie azuréenne !!! On souhaite bonne chance à l’équipe du lendemain pour le déséquipement, ca va être un sacré boulot ! Quelques photos et videos récentes autour du projet de traversée ici: http://hotwaker.free.fr Merci JL pour cette initiative. Fred

 

"

  1. Rico comme d hab! dit :

    Bien sympa cette nouvelle newsletter !
    Un bien beau spot !!! =)

  2. Tony dit :

    beh c’est bien jolie tout ça !!

  3. […] à Calern dans le réseau des moustiques. Lors de la dernière sortie spéléo, on avait parcouru une partie du collecteur des moustiques avant de remonter par le nevadenrelac. […]

  4. […] Commençons par ce qui m’a déplu : les salles d’effondrement où faut ramper entre des blocs, les parties paumatoires où on s’est paumé (entre les blocs…), la boue (collée aux blocs…), le manque de sommeil (qui se remarque bien dans les blocs…). J’ai clairement préféré les baoudillouns […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s