2017 : La sécheresse sévit depuis plusieurs mois partout en Europe. Partout? Non! Un massif montagneux résiste et arrête tous les nuages pour une semaine, déversant toute l’eau possible.

C’est bien sur cette semaine là qu’on avait prévu notre stage perfectionnement dans les Dolomites du Frioul.

Ce stage aura vu trois records :

  • Le record d’inscription
  • Le record d’annulation
  • Le record de pluie pour un stage

En effet on a failli être une douzaine et deux encadrants mais heureusement qu’on a eu 75% d’annulation : ça a fait plus de relais à équiper pour les trois persévérants.

Malgré la remarque précédente, tout ce stage a été une belle réussite. Des stagiaires sur-motivés, avides d’apprendre et d’en découdre avec la météo. Jamais l’enseignement des techniques n’aura été aussi parlant. On a pas eu besoin d’imaginer l’utilité d’un montage débrayable ou d’une main-courante rappelable vu les conditions. C’était la semaine où les techniques canyons prenaient leur sens. En plus on a fait quelques très beaux canyons. Pas de soleil, mais une émulation qui va bien!!

Tout a commencé après quelques centaines de kilomètres d’autoroute au soleil, la pluie démarre enfin au croisement d’Udine pour agrémenter cette semaine de canyon. Et tant qu’à faire il ne pleut pas pour rire, c’est des trombes qui tombent depuis dimanche en milieu de journée. Malgré tout au cours de la première éclaircie on tente un premier canyon

Pissanda

  1. Premier rappel encordé pour accéder au relais avec un beau réglage de corde.
  2. Ancre flottante et explication qu’en théorie c’est pas sensé servir mais que là il y a quand même un doute.
  3. Utilisation du débrayage quand un équipier se fait rouster sous cascade.
  4. Pas de remarque, tout se passe bien, corde bien réglée et tout.
  5. Refus d’obstacle de ma part (si, si ça arrive!!) et remontée sur corde.
  6. réchappe dans la forêt.

Malgré la motivation de certains pour continuer, on a pris la bonne décision de renoncer tant que c’était possible. On a pas mal débrieffé sur les processus de prise de décision entravés par l’éloignement ou par la difficulté de constituer une équipe. On a évoqué le processus d’aide à la décision à trois inconnus. J’avais oublié l’outil fédéral créé à cette occasion qui peu renforcer l’adage : Quand il y a un doute, il n’y a plus de doute à avoir.

La topo sur DC

Pissanda Pissanda

Pissanda Pissanda

Pissanda Pissanda

Pissanda

Jour 2 tout est en crue

Bon ben c’est vite vu, il faudrait la néoprène pour sortir de la voiture.

Jour 3 Belepeit et Lavarie

La pluie s’est arrêtée depuis la soirée précédente et le soleil est de retour à fond. On s’engage dans Belepeit qui est en top conditions. C’est d’ailleurs le seul faisable pour l’instant. On se régale au soleil et on travaille les relais fractionnés avec nœud en bout de corde, le débrayage, les mains courantes rappelables, les passages de déviation à la descente avec conversion puis à la montée. On a même une main-courante ascendante encordé à faire. Une matinée bien pédagogique.

Rio Belepeit

Rio Belepeit Rio Belepeit

Rio Belepeit Rio Belepeit

Rio Belepeit Rio Belepeit

Rio Belepeit

L’après midi on se lance dans Lavarie qui semble bien faisable. On aura droit à une superbe ambiance digne des grands canyons suisses!! On se contente juste d’appliquer les techniques et ça déroule bien. Seule la dernière cascade arrose copieusement pour finir la journée avec une motivation à toute épreuve.

Rio Lavarie

Rio Lavarie Rio Lavarie

Rio Lavarie Rio Lavarie

Rio Lavarie Rio Lavarie

Rio Lavarie Rio Lavarie

Rio Lavarie Rio Lavarie

Rio Lavarie

Cuestis

Le beau temps se maintient encore un peu, on part donc dans Cuestis qui est en super conditions. Aujourd’hui on est plus dans la réalisation et l’application irréprochable des manips. Le groupe se régale et comprend totalement l’utilité des apprentissages. Canyon grandiose, belle météo et groupe chouette, on se régale.

Rio Cuestis

Rio Cuestis Rio Cuestis

Rio Cuestis Rio Cuestis

Rio Cuestis

Favarinis et Pissanda le retour

Jour suivant, la météo tient encore. On part dans Favarinis mais une mauvaise description de l’accès nous envoie dans une pente dangereuse. Le canyon n’est pas exceptionnel mais l’équipement a le mérite de le rendre accessible avec un débit incroyable. La décrue a largement eu lieu et on gère quelques débrayables du bas avec gestion des nœuds de raboutage pour la dernière grande cascade. Qui est quand même la manip qui croque le plus de cerveau des stagiaires!

Comme il est tôt et que le groupe roule bien, on retente Pissanda qui a un peu baissé. On se fait quand même un peu chahuter mais ça le fait et on tire le dernier rappel à la nuit tombante. La différence est flagrante entre un groupe qui se connait bien et qui est calé en manip et le groupe du premier jour. Le débit n’est pas beaucoup plus faible mais la descente est fluide pour les grosses conditions du jour. L’objectif est acquis : Bravo!!

pissanda pissanda

pissanda Greg a trouvé un bunker et juste à la sortie du canyon nous voilà en mode Urbex en train de gambader dans les galeries taillées dans la falaise. Bunker Portis

Bunker Portis

Le dernier jour la pluie a repris de plus belle, on se fait une dernière bouffe ensemble et les stagiaires prennent la route du retour.

Pielungo

L’après midi le beau temps revient et avec François on tente quand même un petit canyon pour occuper la fin de journée. On part dans Piélungo qui remplit bien le contrat. Par contre la nage dans le collecteur en crue donne lieu à un bon moment d’émotion. Les stagiaires se seraient régalés dans ce collecteur, surtout Greg le kayakiste 😉

Rio Pielungo

Rio Pielungo Rio Pielungo

Rio Pielungo Rio Pielungo

Un très beau stage avec des conditions dantesques, un groupe qui tourne bien, c’était un régal (les pizzas aussi).

C’est la première fois que l’on rencontre des conditions vraiment cohérentes par rapport aux manips enseignées, on a pratiqué du grand canyonisme.

J’ai ressenti avec ce groupe (comme les précédents d’ailleurs) une évolution vraiment positive dans la manière de pratiquer. J’ai vu en fin de semaine des canyonistes responsables capables de partir dans des parcours techniques mais sachant renoncer si nécessaire.

François était il y a quelques années un de mes anciens stagiaires et est devenu un de mes équipiers les plus solides. La suite des aventures se passera ensemble , direction les pays de l’est! à suivre sur ce même blog. Il est possible de s’abonner pour suivre ces news.

L’an prochain il y aura deux stages. Un au mois de mai en Albanie et un au mois de juin dans les Alpes Maritimes. A vos agenda!! Les infos seront données principalement sur facebook 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s