grotte des chamois

Pour moi, cet automne se passe plus sous terre que dans l’eau ou sur les falaises j’avoue. J’ai pris goût depuis cet hiver aux aventures souterraines. Ça tombe bien parce que celle là de sortie, je l’attendais depuis un moment. Pourquoi? Parce que cette grotte se situe à coté de chez moi mais pas que. C’est une des grosses explorations en cours. Depuis 2007 deux spéléologues s’acharnent sur cette cavité : Philippe Audra et Jean-Claude Nobécourt. Ils se sont douté qu’avec une source comme celle du Coulomp, dominée par un tube fossile de 3/4m de diamètre, il devait bien y avoir quelque chose derrière. La suite certains la connaisse, pour les autres je vous invite à consulter le site de l’explo.

Ce we, j’ai enfin pu faire coïncider mon emploi du temps avec celui de l’équipe des chamois. Filer un coup de main en visitant la cavité, c’était une belle occasion.

Première étape aller sur place. ça passe par une longue marche dans un paysage magnifique. La vallée d’Aurent et du Coulomp n’est accessible qu’à pied ou par des moyens motorisés légers. Elle garde donc une sauvagerie plaisante (et pourtant j’habite la même commune déjà bien rurale).

Une fois sur place, le principe est de vider des siphons grâce à un astucieux système de pompage puis d’aller tenter dormir au bruit de la pompe… Les autres nous rejoindrons dans la soirée et le lendemain matin.

Le samedi on est 8, Une équipe doit rentrer dans la grotte pour désobstruer un boyau étroit alors que la seconde équipe creuse le même passage mais par dehors. Le but avoué est de pouvoir rentrer dans la grotte sans risquer de se retrouver coincé dedans par le remplissage des siphons. Il faut le préciser, en cas d’orage, les siphons se remplissent en moins d’une heure…

Pour nous l’aventure sera courte, une fois dans les siphons, on constate assez facilement qu’ils sont en train de se re-remplir gentiment… Même la suite est inondée, autant dire qu’il serait dangereux de poursuivre sachant que le but est presque de l’autre coté de la cavité à plusieurs heures de progression. On s’est donné une heure avant de rentrer. Le temps de passer voir la salle des plongeurs, la galerie des anapophyses et la galerie des 11 heures, les hormones et la rivière seront pour une autre fois!!

Au retour, pas d’augmentation significative du niveau, on se déséquipe et on va filer un coup de main aux autres. Dommage la jonction était proche. Mais pas pour de suite…

A noter qu’on a tenté un test matos. Sous-combi polaire, combinaison étanche puis sur-combi spéléo. Le test a été concluant. Sec à la sortie des siphons malgré une voûte mouillante à passer en apnée, pas besoin de se changer pour la suite. Aucune sensation de froid dans les attentes.

grotte des chamoisgrotte des chamoisgrotte des chamoisgrotte des chamoisgrotte des chamoisgrotte des chamois
grotte des chamoismontagne de beaussebérardle coulompbivouacgalerie dans la grotte des chamoisle cloaque des siphons d'entrée

spéléo, un album sur Flickr.

"

  1. Passe le bonjour à Philippe Audra de ma part. C’était mon directeur de mémoire en maîtrise de géo et je garde un excellent souvenir de cette année. A ++

  2. […] ans de labeur, le trou des fantasmes est ouvert et les explos en deviennent plus faciles. Fini les shadocks avec les 12 heures de pompage nécessaires et les 3/4 d’heure de progression dans les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s