P1050028

Cet article va être un peu différent de l’habitude parce que même si notre récent séjour était bien organisé, je ne sais toujours pas comment agencer cette page pour écrire toutes les informations. Ce n’est pas un résumé de notre voyage mais ce sont des infos à prendre (ou pas) si vous souhaitez profiter de cette île. Pour situer le contexte, on est parti entre le 23 mars et le 02 avril. On a eu une météo perturbée avec des alternances de pluies assez fortes et de soleil venté. On est parti dans le but d’alterner entre le canyon, la spéléo, l’escalade et un peu de tourisme.

impressions

Arrivé au port en ferry la première impression est assez déplaisante, des villes balnéaires ou industrielles à peu près partout. Les bâtiments donnent tous l’impression d’avoir été construit au siècle dernier et n’ont aucun charme. Les paysages sont agréables mais sans caractère particulier, surtout comparé à sa voisine corse. Des collines couvertes de maquis d’où émergent des blocs de granit ou des falaises de calcaire mais avec aucune particularités. Ce n’est qu’en sortant des sentiers battus que j’ai commencé à trouver la Sardaigne agréable. Prendre une piste sur quelques kilomètre permet de trouver de beaux paysages très agréables avec beaucoup de chênes liège centenaires et des animaux domestiques en liberté. Pour la mer les plages sont souvent caillouteuses et inhospitalières mais au détour d’une crique on trouve de belles plages de sable blanc (plutôt de petit gravillons roulés) mais avec toujours une paillotte pour accueillir les touristes car la sardaigne est une destination très touristique et ça se sent. J’ai été vraiment surpris de la propreté de l’île, pas ou peu de papiers aux abords des parkings ou le long des chemins. La différence est flagrante avec la corse et on sent vraiment que les sardes prennent beaucoup plus soin de leurs terres que les corses. Des îles que j’ai visité (réunion, corse, mallorques), la sardaigne est celle avec le moins d’attrait immédiat, mais on le verra plus tard, ses beautés sont bien cachés

météo

On a pas eu de chances durant notre séjour. Des pluies quasi quotidiennes, quelquefois fortes mais jamais très longues. Le plus gros ennemi a été le vent. Il souffle partout et très fort après chaque perturbation. En descendant sur la cote est on le subit moins mais il reste très présent. Les prévisions météo sont toutes à coté de la plaque et la meilleure météo sera celle observé au dessus de soi. Par contre le coté positif est que tout change vite et une perturbation ne reste jamais vraiment longtemps (sauf épisode méditerranéen).

bivouac

J’ai été complètement surpris par le nombre de site de bivouac potentiels et l’ouverture des locaux. On s’est posé dans des endroits très variés mais toujours en retrait des sites touristiques et c’était de superbes endroits à chaque fois. On y a rencontré plusieurs locaux, des bergers, des habitants et même des « gyrophares bleu » et ils ont toujours été agréables et on s’est jamais fait déranger. On a pu faire quelques feux bienvenus avec la météo humide et on a constaté nombre de foyers et un nettoyage flagrant de bois mort à proximité des parkings qui prouve qu’on était pas les premiers.

Il est à peu près sur qu’en gardant les sites propres (papiers divers), qu’en faisant attention avec le feu (pas avec le vent ni quand c’est sec) et en abusant pas, il restera possible de bivouaquer tranquillement en sardaigne.

P1040855

P1040838

activités

Il est possible de faire un peu de tout en Sardaigne (sauf les sports d’hivers). L’île se prête bien aux les amateurs de sports de nature. Coté mer je ne connais pas le potentiel, mais il semble évident que le kayak de mer doit être un bonheur, la plongée aussi. Coté terre, vu le nombre de falaises et la qualité du rocher, c’est une destination démente pour l’escalade et le potentiel d’ouverture qu’il soit en sportif ou sur coinceur semble illimité. Les randonnées ont l’air bien sympa mais les chemins sont mal tracés et il semble facile de se perdre. De plus dans les massifs calcaire, l’eau n’est pas très courante. A priori il existe un chemin de randonnée très difficile et renommé mais je n’ai pas cherché plus d’infos de ce coté.

Coté canyon la sardaigne n’est pas la destination la plus rentable, pourtant il y a moyen d’y passer une semaine complète avec de très beaux canyons au programme. On rencontre deux types de parcours : des canyons en eau dans le granit avec un esprit « corse » et des canyons « presque » secs dans le calcaire avec des passages vraiment mythiques souvent souterrains. Il faut par contre très bien positionner les canyons sur une carte afin de limiter au maximum les déplacements inutiles et prévoir donc le nécessaire de bivouac pour plusieurs jours car plusieurs canyons sont souvent accessibles par les même parkings.

C’est en spéléologie que la sardaigne se démarque le plus. La plupart des grottes sont des rivières souterraines avec des volumes impressionnants, une eau limpide, des concrétions fantasmagoriques et une absence de boue. Peu d’infos filtrent sur le net ou sur les livres excepté les noms des cavités ou de sublimes photos, mais les locaux sont très ouvert pour partager des informations pour une simple visite ou même pour prospecter. Seul problème, sans éclairage puissant, les cavités sont tellement grandes qu’on a plus l’impression de marcher de nuit dans la montagne que dans une grotte…

P1050063

routes

On trouve de tout avec de grands axes rapides, des routes sinueuses et des pistes en terre. D’ailleurs il faut s’attendre à rencontrer beaucoup de pistes en terre sur les divers accès, elles sont quelquefois notifiée sur la carte comme des routes. L’entretien est d’ailleurs le même, très limité avec des nids de poules fréquents qui abîment le véhicule.

Niveau conduite les sardes sont plus tranquilles que les italiens continentaux. Mais néanmoins les panneaux ne sont là que pour la décoration et il faut faire preuve d’instinct plus que respect du code de la route. Il faut aussi se méfier des villages, toute les voitures n’ont pas le gabarit des fiat panda locales!! La conduite en Sardaigne n’est donc pas la plus oppressante d’Italie mais on est loin de la répression française!!

nourriture

Niveau service on trouve globalement 3 genre de restaurant : des snacks vraiment pas cher, des attrapes touristes où le prix final est le même que dans les restaurants un peu classe où la nourriture est divine. On a utilisé un lovely planet et les conseils ont été très pertinents, j’ai pas pris mon guide du routard que j’ai pas trouvé très intéressant.

Niveau supérette, les petites épiceries locales ne sont là que pour dépanner et il vaut mieux chercher de grosses enseignes pour trouver un peu de choix. On y trouvera pas mal de bonnes choses assez différentes de chez nous, avec des spécialités pour chaque village. A noter que souvent les mets locaux sont ceux qui ne sont pas revendiqué haut et fort car ceux là sont souvent de « l’attrape touriste ».

P3260229

P3270388

les locaux

Malgré la barrière de la langue que je tente d’atténuer au fil du temps, j’ai pu quand même échanger avec les locaux à diverses occasions. L’impression que j’ai eu est que les sardes sont vraiment agréables même si dans de mauvaises situations ils réagiront aussi excessivement que les corses. A chaque échange qu’on a eu, je les ai trouvé joviaux, souriants et très partageurs. Dans les commerces je n’ai pas ressenti cette impression de « touriste » que j’ai eu lors de mes nombreux séjours en corse (même si ça existe aussi). Ils ont aussi l’air très fêtards, très présent dans les bars ou aux apéros. J’ai eu une très bonne impression.

paysages

très variés, ils sont moins remarquables que les autres îles ou que bien des endroits du continent. Mais pour peu qu’on évite les villes et les stations balnéaires, les paysages sont souvent composés de collines recouvertes de maquis piquant surmonté de falaises imposantes. L’omniprésence des chênes liège donne un cachet très marqué. Les nombreuses nuraghes sont remarquables, même si on se sait finalement pas grand chose sur elles. Je pense qu’il faut plusieurs séjours en Sardaigne pour en apprécier sa valeur. Le territoire est vaste et change souvent.

P4010792

 

P1040859

P1040809

 

 

P3270377

plages

Des plages que j’ai vu, la Sardaigne n’a rien à envier à sa voisine corse. Un peu plus de cailloux mais un peu plus sauvages aussi. On sent que l’été il doit y avoir du monde, mais vu que tous les déchets sont nettoyés, l’impression est bonne. A noter que pour beaucoup de plages, il n’existe ni parking ni chemin d’accès, elles se méritent donc à la sueur du front à marcher sur des chemins escarpés.

P3310706

Conclusion

J’ai vraiment aimé la Sardaigne. Ses beautés sont cachés, authentiques, les locaux sont accueillants. En organisant bien son séjour il y a moyen de passer de très bons moments!!

 

"

  1. jams dit :

    beau résumé…

  2. […] ou les habitudes à prendre sur place. Vous pouvez aller voir les précédents sur la Crète, la Sardaigne, Majorques… Cette fois ci je m’attaque à une destination plus lointaine, les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s