Ces dernières années les concepteurs de matériel de montagne ont bien œuvré pour le canyon. Plusieurs outils sont apparu successivement, chacun apportant son lot d’innovation. Certains outils ont été créé spécifiquement pour l’activité, d’autres ont été détournés de leur utilisation première pour être adapté au canyon.

J’ai personnellement utilisé ce matériel jusqu’à en user au delà du raisonnable histoire de me faire une idée, j’ai suivi les techniques préconisées par les fabricants et mis en place certaines quand elles n’existaient pas.

J’ai utilisé chaque outil en descendeur perso et en équipement afin de me faire une idée. Mon but premier était d’améliorer autant ma progression personnelle que mes techniques d’équipement. Voilà maintenant mes conclusions

huit 

C’est l’outil polyvalent par excellence pour le canyon. C’est pour cela qu’il sert de base à la plupart des stages de formation professionnelle et fédérale. Pourquoi cet ancien descendeur a encore autant de succès? Ça vient de sa polyvalence à coup sur!! Mais aussi du fait qu’il est très facile de s’en procurer dans n’importe quel magasin de montagne. Inventé par Pierre Allain dans les années 40, il n’a plus évolué depuis plusieurs décennies.

En utilisation personnelle

Les freinages. Bien que demandant un peu d’expérience, le 8 permet de moduler son freinage en fonction du diamètre de corde et de la hauteur des verticales. Du rapide simple au croisé+vertaco il existe 6 variantes de freinage. Cependant il n’est guère évident de changer en cours de descente sans un minimum d’expérience

P1050166

Montage 8 normal+vertaco. Le montage classique.

La clé d’arrêt peut être réalisée de deux manières différentes mais une d’elle risque de causer un bloquage dans une configuration plein vide et la seconde demande un peu d’entrainement pour être parfaitement réalisée. De plus sans freinage adapté les clés deviennent très difficile à réaliser

autre : Il est possible d’utiliser le 8 en bloqueur ventral pour remonter sur corde avec le montage « à l’italienne ». Cette technique doit être réalisée uniquement en complément d’un autre bloqueur FIABLE car le 8 à l’italienne peut tourner et glisser.

Le descendeur permet de descendre à double si besoin, il faut cependant adapter le freinage.

Sa forme symétrique permet de retarder son usure.

En équipement de verticale

C’est en équipement que le 8 c’est imposé jusqu’à maintenant. Le fait d’utiliser le même outil pour la descente en rappel et la mise en place de débrayable a contribué à sa standardisation Il est classiquement utilisé en buté contre l’amarrage

débrayable en buté : Il existe 3 clés de blocage avec plusieurs variantes. Chacune a ses avantages et ses défauts. Il existe le risque de prendre le brin de réserve et de chuter, ce risque est contrecarré par un mousquetonnage du 8 qui lui même pose le problème de l’oubli.

P1050164

nb : La réserve de corde est dans un sac spécifique, il est possible de relier le 8 à l’amarrage avec le mousqueton de ce sac, ce qui évite son oubli par le dernier.

suspendu : Avec le 8 mousquetonné sous l’amarrage on supprime le risque de se tromper de brin. On peut même utiliser le second brin en seconde ligne de rappel débrayable en s’y prenant bien. On peut perdre un peu de temps à convertir le système pour le dernier si celui ci veut descendre sur un seul brin.

P1050167

nb: Attention le noeud de mule doit être sécurisé par un noeud d’arrêt (pour la clarté du montage il n’y est pas)

Conclusion

Avantages : facile à trouver, polyvalence

inconvénients : clé d’arrêt compliqué, demande un apprentissage, demande une organisation soignée

——————————————————————————-

SFD8

Le double 8 a été conçu par Fabienne Borie et Thierry Saunier dans le but de simplifier les techniques du 8. L’objectif est réussi mais il demande en fait un apprentissage spécifique car il offre d’autres possibilités.

En utilisation personnelle

freinage : Il est possible d’utiliser les même freinages que le 8 classique. Rien de bien neuf de ce coté là. La méthode du 8 imperdable est plus aisée à comprendre.

clé d’arrêt : C’est le gros point fort de ce descendeur. Il permet la réalisation de la clé « spéléo » réservé habituellement aux descendeurs à poulies fixe. On passe la corde par dessus une fois on obtient une demi clé, on repasse par le gros trou et on coiffe on obtient une clé complète. Enfantin et efficace.

P1050169

En équipement de verticale

Dans le domaine de l’équipement le double 8 permet la même chose qu’un huit simple mais permet de doubler le système très facilement en proposant un second brin de corde lui aussi débrayable. Il existe plusieurs méthodes soit en « joker » sans réserve de corde soit en clé coiffée avec la réserve de corde au relais. L’intérêt de ces différente techniques est de rendre très simple le débrayage et d’obtenir une clarté utile au relais. De plus en cas d’erreur de brin, il n’y a pas de risque de chute.

Seul le déséquipement demande des précautions particulière car il faudra soit installer un noeud en buté, soit « rabouter » la réserve de corde pour pouvoir descendre sans risque.

P1050168

nb: une dégaine permet de sécuriser la corde au niveau des petits trous du 8. La réserve de corde se trouve dans un sac spécifique (brins de gauche)

Conclusion:

les avantages : deux fois plus de possibilités, plus simple d’utilisation que le 8

les inconvénients : deux fois plus de risques de faire une bêtise, le métal s’use vite, Difficile d’utilisation avec des cordes un peu vieilles « cablées »

———————————————————————-

neuf

Inventé par Norbert Apicella comme système d’assurage en escalade, son créateur lui a très vite trouvé une utilisation en canyon. Sa conception simple fonctionne grâce à un sifflet qui coince la corde empêchant son glissement. Dans la plupart des montages il est nécessaire de passer la corde en vertaco afin de forcer le sifflet à mordre.

En utilisation personnelle

Utilisé comme descendeur autobloquant, le neuf peut vite devenir un cauchemar car trop efficace. Sa conception permet de neutraliser le sifflet coinceur mais il perd donc sa propriété autobloquante. De plus la gestion des freinages devient compliqué car multipliant encore les positionnements de la corde.

pour une remontée sur corde il devient un bon allié bien plus sur qu’un 8 à l’italienne ou un noeud de coeur. Il faudra quand même reprendre manuellement le mou à chaque poussée.

En équipement

pour installer une main courante rappelable le neuf garanti une sécurité accrue car ne nécessite pas de clé d’arrêt lors des lâchers de mains.

En système débrayable il se positionne de la même manière qu’un 8 sauf qu’aucune clé d’arrêt est requise. Le système est très facile à vérifier visuellement. De plus en cas d’urgence, il est très facile de donner du mou en poussant juste la corde et en utilisant le sifflet comme frein. En cas de lâcher de corde, il se bloque instantanément.

P1050170

Conclusion : Le neuf est un bel outil malheureusement peu polyvalent. C’est par contre le seul qui garanti un blocage efficace en cas de lâcher de corde. C’est aussi celui avec le montage le plus simple. Il est quasiment impossible de se tromper.

avantages : intuitif, sécurisant, efficace

inconvénients : peu polyvalent, montage à double impossible, cher, lourd.

Kong gigi

J’ai souvent utilisé cet outil venant de l’alpinisme pour une utilisation canyon. Il est très pratique, léger et rapidement mis en place mais demande une certaine vigilance pour être utilisé à bon escient.

en utilisation personnelle

On peut se servir de la plaquette pour les descentes en rappels mais il faut avoir conscience que le freinage est très faible. De plus le mousqueton qui sert de barrette peut tomber à l’eau une fois que la corde est sortie. Il n’y a aucun avantage à l’utiliser uniquement comme descendeur, mais si il est utilisé en tête de rappel comme système débrayable et qu’on a seulement besoin de le clipper au baudrier pour partir le montage devient intéressant. Globalement l’utilisation est identique au SFD8

En équipement

On peut équiper de deux manières différentes tout en ayant deux brins disponibles débrayables simultanément ou pas.

Le premier montage est autobloquant, il peut être débrayé mais il faut retourner la plaquette grâce à un balancier sur longe. Il a l’avantage d’être très rapide à installer et désinstaller. Il faut cependant bien penser à rabouter les cordes allant au sac à corde (à gauche de la photo). Avec cette technique on peut descendre à double avec les deux brins réglés au raz de l’eau.

P1050172

La seconde technique est plus longue à mettre en place car demandant la réalisation d’un ou deux noeuds de mule pour bloquer les cordes (à sécuriser en clipant les boucle dans le mousqueton barrette). Il est possible de débrayer chaque brin séparément ou simultanément. Pour la désinstallation, il faut défaire les deux noeuds de mule avant de rabouter les deux brins de sac et y accrocher ce dernier. Elle est donc plus longue à mettre en place et moins claire visuellement multipliant le risque d’oublier un détail.

P1050171

conclusion : la plaquette est un outil très performant mais avec un fonctionnement très spécifique. Très légère et peu encombrante, c’est aussi la moins chère de cette sélection avec le 8. Elle reste compliqué à comprendre ce qui la réserve aux équipeurs expérimentés

avantages : rapidité de mise en place et désinstallation, poids, lisibilité.

inconvénients : risque de perdre le mousqueton barrette lors des manipulations, nécessité d’être rigoureux.

————————————————————

Petzl pyrana

Le descendeur petzl n’a pas convaincu tout le monde. Il y a les anti et les pro pyrana. Ce qui est sur c’est que le pyrana fait parler de lui.

En utilisation personnelle

L’avantage du pyrana tient dans ses ergots permettant d’ajouter ou d’enlever du freinage selon l’humeur. Ces même ergots rendent aussi les clés d’arrêts beaucoup plus facile Il est aussi solidaire du mousqueton de pontet grâce à une bague caoutchoutée qui le rend presque imperdable sans prendre de précautions. C’est un descendeur très confortable d’utilisation et qui a tendance à faire oublier ses défauts. Ces derniers viennent aussi des ergots qui s’accrochent et déchirent la combinaison, qui accroche les équipiers causant des situations potentiellement dangereuses (ou cocasses). La corde passée derrière ces ergots peut aussi sauter et supprimer tout le freinage voulu. A utiliser donc avec précaution.

En équipement

Bien qu’il doit être possible de s’en servir comme un 8, le pyrana est d’office largement moins pratique pour cette utilisation. Les ergots peuvent s’accrocher partout et empêcher le rappel de corde. Sa conception n’apporte aucun plus par rapport au 8 ou au 9. Il est solidaire du mousqueton, ce qui limite beaucoup les manips.

Conclusion:

Un descendeur pas du tout polyvalent avec beaucoup de défauts, voilà ce qu’il résulte du test du pyrana. Pourtant ça reste mon descendeur favori pour sa fluidité. Mais pour l’équipement il frise le zéro pointé. Il a aussi le défaut de s’user très vite avec la corde qui frotte toujours au même endroit.

————————————————————

D’autres pistes?

Hydrobot : Le descendeur italien n’a pas encore convaincu et pourtant. Imperdable, il peut être utilisé comme plaquette avec des ergots pour rajouter du freinage si besoin. Il peut servir de bloqueur ventral pour une remontée. Un outil à tester plus sérieusement.

descendeur spéléo : Idéal en grande verticale, avec une clé d’arrêt facile, il est malheureusement encombrant, lourd et absolument pas polyvalent. Il existe de nouveaux descendeurs spéléo pour corde à double qui ne semblent malheureusement pas convaincant.

reverso : Très semblable à la plaquette, il se différencie par les gorges en sifflet qui freinent efficacement la corde.

Totem: Mélange de 8 et de plaquette, ce descendeur américain doit avoir de sacré atouts.

Une réponse "

  1. […] y a quelques mois, j’écrivais un article sur les différents outils utilisés en canyon comme descendeur ou comme système débrayable. A l’issu de ces essais, aucun matériel […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s