aven KKG

Sous saint Vallier de Thiey coule une rivière… Difficile à imaginer si on a pas une expérience de la spéléo. Pourtant des vallons de surface disparaissent dans des fractures de roche, si bien qu’aucun cour d’eau de surface n’existe hormis la Siagne.

Dans cette dernière arrive pourtant plusieurs sources, des résurgences karstiques issues d’un réseau de grottes conséquent. Les explorations spéléo ont commencé il y a bien longtemps et perdurent toujours. De nombreux cours d’eau souterrains ont été atteints et quelques uns arrivent sur un « collecteur », qui est en fait le cours d’eau recherché, mais sous terre, loin du regard des touristes parcourant la route Napoléon juste au dessus.

De nombreux travaux ont été menés pour savoir d’où l’eau arrive et où elle va, des gouffres ont été connectés entre eux. En gros le trajet de l’eau le plus connu actuellement prend son départ à l’aven du Cataphot à 10 minutes à pied du bar de saint Vallier, rejoint l’aven du saint Joseph puis conflue dans une autre rivière plus vaste, celle de l’aven de l’Air Chaud. Elle disparaît ensuite dans un siphon et réapparaît sur plusieurs kilomètres avant de disparaître de nouveau dans une partie actuellement inconnue. L’eau réapparaît une dernière fois dans la grotte de Pâques avant de retrouver le soleil à la source de la foux.  L’aven KKG arrive dans la rivière de l’Air Chaud mais après les premiers siphons.

Des histoires compliquées de spéléos ont tendu l’ambiance et bien des cavités ont été enterrées, fermées voir pire, oubliées!! C’est Alex du club spéléo-Magnan qui m’a proposé d’y aller afin de faire la topo pour le comité départemental. Il a obtenu du découvreur les clés, l’accès précis, la météo stable, il est temps de redescendre dans les entrailles de saint Vallier.

aven KKG

L’aven est typique du 06: désobstrué sur le haut du réseau qui mène rapidement à une série de beaux puits, séparés par de (courts) méandres. La boue n’est pas très présente dans le haut parce que l’aven recoupe un embut proche qui a nettoyé la cavité, mais est remarquable dans le bas, s’accumulant face à un soutirage qui doit siphonner au moindre orage. On arrive ensuite dans la rivière de l’Air Chaud et les volumes changent de manière incroyable.

heureusement…
aven KKG

La physionomie de la galerie est différente de l’Air Chaud. La conduite presque ronde rencontrée en amont a été surcreusée par la rivière faisant un canyon bien marqué. On progresse donc dans des volumes importants, entrecoupés d’effondrements de décompression.  A certains endroits la galerie supérieure, devenue fossile, a été comblée de sédiments obligeant des passages bas dans l’eau.

aven KKG

aven KKG

aven KKG

aven KKG

On s’arrêtera face à une voûte bien mouillante à l’aval et face au siphon à l’amont. C’est bien propre qu’on repasse dans le point bas boueux avant de remonter les puits. Heureusement il reste une dernière voûte mouillante proche de l’entrée afin de se nettoyer un peu…

Une bien belle cavité par ses volumes et son développement, facilement accessible, intéressante même si peu concrétionnée. Espérons qu’elle soit plus facilement accessible dans le futur car il s’agit d’une des grandes cavités du département. Bravo aux explorateurs!!

aven KKG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s